•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une affiche politique anti-immigration suscite la controverse à Halifax

Le billboard en question.

Ces affiches sont apparues dans plusieurs grandes villes canadiennes, cette semaine.

Photo :  CBC

Jessica Savoie

Une affiche géante du Parti populaire du Canada, où on peut lire « Dites NON à l'immigration de masse », suscite la controverse en Nouvelle-Écosse.

Cette affiche installée aux abords d'une autoroute achalandée près d’Halifax, a fait vivement réagir cette semaine. Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, condamne de tels propos.

En tant que premier ministre, j'accueille tout le monde en Nouvelle-Écosse, mais je n'accepte pas du tout ce ton négatif et diviseur , a-t-il indiqué sur son compte Twitter. Notre population est à un niveau record, le chômage est à son plus bas niveau et notre économie est en croissance, en grande partie grâce à l'immigration. C'est un fait, pas une opinion.

Stephen McNeil refuse toutefois de parler de crise.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

L'affiche en question est apparue cette semaine dans plusieurs villes canadiennes, dont Toronto, Regina, Calgary, Vancouver et Halifax. On y voit le visage de Maxime Bernier, chef du parti, avec l'invitation de voter.

Dans les médias sociaux, les gens sont nombreux à condamner de tels propos et à ajouter leur voix à celle du premier ministre. Le député libéral d'Halifax, Andy Fillmore, a tweeté à son tour Pourquoi ne pas dire plutôt non à Maxime Bernier?.

Il n'y a pas de place en Nouvelle-Écosse pour les politiques de peur et de division du Parti populaire. Notre province est un endroit accueillant, un endroit où les nouveaux arrivants deviennent nos voisins, dit Andy Fillmore.

À qui l'affiche?

À la surprise de plusieurs, le Parti populaire du Canada a indiqué dans un communiqué que l'affiche, installée partout au pays, n'est pas la sienne.

Le parti de Maxime Bernier nie en être responsable.

Cette affiche n'est pas le produit du Parti populaire du Canada, ont-ils indiqué par voie de communiqué.Elle a été approuvée par un tiers parti et le Parti populaire n'a pas été en contact avec ce dernier.

Maxime Bernier, en studio

Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada

Photo : Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf

Maxime Bernier et son équipe n'ont pas voulu commenter la situation.

Selon les renseignements de CBC, le groupe derrière l'affichage est True North Strong and Free Advertising, dirigé par le chef d'une industrie minière de Toronto. Le responsable en question, Frank Smeenk, a indiqué que son groupe s'est enregistré comme  tiers parti auprès d'Élections Canada.

Selon des documents d'Élections Canada, ce tiers parti a dépensé 59 890 dollars entre le 19 août et le 19 septembre, pour de l'affichage politique au pays.

Des résidents inquiets

Ils sont plusieurs Néo-Écossais à avoir demandé à l'entreprise responsable du site d'affichage à Halifax, Pattison Outdoors, de retirer l'affiche politique. Le président de Pattison Outdoors, Randy Otto, a indiqué à CBC que l'affiche répond aux normes exigées et qu'elle ne sera pas retirée.

Il n'a pas fait de commentaire sur la nature du message de cette affiche, ni sur les demandes qu'il a reçues des résidents de la Nouvelle-Écosse pour la retirer du paysage d'Halifax.

Maxime Bernier s’adresse à des militants pendant un rassemblement politique.

Maxime Bernier s’adresse à des militants pendant un rassemblement du Parti populaire du Canada, à Gatineau, le 20 novembre 2018.

Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle

Sur le site web de son parti, Maxime Bernier répond aux accusations de racisme en indiquant:Nous n'avons aucune leçon à recevoir de quiconque sur l'ouverture et l'inclusion. Et les journalistes qui ne veulent pas reconnaître cela et qui reviennent sans cesse avec des questions sur l’intolérance et le racisme peuvent aller se promener ailleurs!.

Avec les renseignements de CBC

Nouvelle-Écosse

Immigration