•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brian Pallister fustigé pour s'être comparé à son rival Wab Kinew

Chef du Parti progressiste-conservateur, Brian Pallister

M. Pallister affirme que ses propos étaient « des faits».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les affirmations du chef du Parti progressiste-conservateur du Manitoba, Brian Pallister, selon lesquelles il aurait grandi dans les conditions plus pauvres que son rival du NPD, Wab Kinew, sont qualifiées « d'attaques  » par Nelson Wiseman, politologue à l'Université de Toronto.

Selon Nelson Wiseman, qui a étudié la politique manitobaine, les commentaires de Brian Pallister n’étaient pas sages. En soulignant que la maison dans laquelle M. Kinew a grandi était plus grande que celle dans laquelle il a grandi, le politologue pense que Brian Pallister incite les Manitobains à se souvenir de sa maison de vacances au Costa Rica.

Pendant son mandat en tant que premier ministre, la maison de vacances de M. Pallister au Costa Rica et le temps qu’il y passait avaient suscité de nombreuses réactions médiatiques.

Le premier ministre sortant a fait ces affirmations alors qu’il parlait d’une étude récente selon laquelle 56 % des familles manitobaines ont moins de 200 $ par mois à dépenser une fois les factures payées. « C’est de là que je viens, a-t-il déclaré. Tout en ajoutant que « le chef du NPD, Wab Kinew, s’en sortait mieux. »

Selon lui, M. Kinew n'a pas grandi dans un ménage aussi démuni que le sien.

« Le récit de M. Kinew est qu’il a été malmené et qu’il est sur le chemin de la guérison. La maison dans laquelle il a grandi était trois fois plus grande que celle dans laquelle j’ai grandi. Et cette maison n’avait pas de plomberie à l’intérieur, » a-t-il dit.

« Nous avons peut-être eu des cuillères à la maison, mais elles n’étaient pas argentées, raconte M. Pallister. Wab Kinew n’est pas allé dans une école publique, il est allé dans une école privée. M. Kinew a reçu plus d’avantages qu’aucun autre premier ministre au cours des 60 dernières années dans cette province. C’est la vérité. »

Les propos de M. Pallister ont d’abord été rapportés par Ian Graham, rédacteur du Thompson Citizen, puis vérifiés vendredi par CBC News.

Selon Derek Nepinak, consultant et ancien grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba, les propos du premier ministre sortant sont « choquants ». Il soutient qu’un premier ministre devrait mieux comprendre la discrimination historique dont ont été victimes les Autochtones depuis des générations.

« Lorsque nous entendons le mot « avantages », il est lié à ce que j’estime être une fausse narration sur le fait que les peuples autochtones tirent des avantages d’être identifiés en tant qu’Indiens inscrits ou de programmes et services gouvernementaux. »

M. Nepinak affirme qu’il connaissait très bien le défunt père de M. Kinew, qui a été l’un de ses professeurs.

Vendredi, M. Pallister a déclaré que ses propos étaient « des faits ».

Un homme parle à un micro, à l'extérieur, devant une affiche orange aux couleurs du Nouveau Parti démocratique sur laquelle on peut lire en anglais : Construire le Manitoba.

Le chef du NPD, Wab Kinew, dit avoir fréquenté une école publique jusqu’à la 10e année environ, date à laquelle il a obtenu un financement de la bande pour fréquenter l’Université de Winnipeg

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

M. Pallister a un manoir à Wellington Crescent à Winnipeg qui était évalué à environ 2 millions de dollars en 2012 quand il l’a acheté.

Le bureau de Wab Kinew a déclaré vendredi que le domicile du chef du NPD situé dans la région de Crescent Wood valait environ 807 000 $.

« J’ai été témoin d’une véritable pauvreté dans ma vie et je ne l’ai jamais revendiquée, déclare M. Kinew en réponse aux propos de son rival. Quand j’étais enfant, les parents de mes amis m’emmenaient à la décharge pour « faire les courses » et je n’en ai jamais fait état parce que j’ai du respect pour les gens avec lesquels j’ai grandi. »

M. Kinew raconte avoir passé les premières années de sa vie dans une réserve, avant de s’être installé à Winnipeg avec sa famille, où ils ont vécu dans des appartements pendant plusieurs années.

Il dit avoir fréquenté une école publique jusqu’à la 10e année environ, date à laquelle il a obtenu un financement de la bande pour fréquenter le collège de l’Université de Winnipeg, où il a obtenu son diplôme d’études secondaires.

Élections : une deuxième semaine marquée par des attaques personnelle

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 au Manitoba

Manitoba

Politique provinciale