•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une campagne de sensibilisation pour améliorer la sécurité sur l'autoroute 50

Des voitures circulent sur un tronçon de l'autoroute 50 à deux voies.

Plusieurs accidents sont survenus sur l'autoroute 50 au cours de l'été.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les usagers de l'autoroute 50 en Outaouais seront visés par une nouvelle campagne de sensibilisation, au lendemain d'un grave accident qui a coûté la vie à un automobiliste de 24 ans, à L'Ange-Gardien.

La campagne de sensibilisation dans la région visera spécifiquement l’autoroute 50 pour rappeler aux gens qu’il faut être prudents sur cet axe, selon le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe.

Si vous êtes dans votre véhicule et que vous entendez un message à la radio qui vous rappelle qu’il faut être prudent sur l’A-50 et que vous êtes en train de texter [vous allez vous] sentir mal et adopter un comportement plus sécuritaire, soutient le ministre.

Mathieu Lacombe répond aux questions d'un journaliste.

Le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe.

Photo : Radio-Canada

Le ministre Lacombe a par ailleurs demandé à accroître la présence policière sur l’autoroute. Ainsi, cinq nouveaux agents de la Sûreté du Québec ont été déployés sur le territoire.

La vitesse : un facteur important

La vitesse à laquelle roulent les automobilistes ajoute un degré de difficulté à un secteur déjà problématique, selon une experte.

Quand on regarde les autoroutes qui n’ont pas de terre-plein central, le risque est déjà là. Quand on ajoute quelque chose comme la vitesse [le risque augmente], affirme Ilham Benyahia, professeure au département d'informatique et d'ingénierie à l’Université du Québec en Outaouais.

Ilham Benyahia répond aux questions d'un journaliste.

Ilham Benyahia, professeure au département d'informatique et d'ingénierie à l’Université du Québec en Outaouais

Photo : Radio-Canada

Elle souhaite que les automobilistes conduisent moins rapidement. Si la vitesse est moindre, le choc est moindre lorsque survient une collision, calcule-t-elle. Elle suggère de diminuer la limite de vitesse temporairement sur les tronçons les plus à risque, en attendant que les grandes études nous donnent des solutions plus viables et à long terme.

À partir du moment où il y a des décès, je pense qu’il faut agir tout de suite.

Ilham Benyahia, professeure, département d'informatique et d'ingénierie, Université du Québec en Outaouais

Pour chaque accident, un soupir de découragement

Valérie Lafond, soeur d'un accidenté de l'autoroute 50, lance pour sa part un soupir de découragement chaque fois qu’elle entend parler d’un nouvel accident sur l’autoroute 50. Ce que je déplore, c’est qu’ils savent [...] qu’il y a des morts, puis ils ne font aucune intervention sur le coup.

Faisant écho aux propos de la professeure Benyahia, Mme Lafond estime qu’une signalisation améliorée diminuerait les risques. Mais elle va plus loin. Des radars photo, des camionnettes radar, ça fait ralentir les gens, croit-elle.

Valérie Lafond répond aux questions d'un journaliste.

Valérie Lafond, soeur d'un accidenté de l'autoroute 50

Photo : Radio-Canada

J’ai l’impression que ça a été fait sans être réfléchi, commente-t-elle au sujet de l’autoroute. Puis, je pense qu’avec tous ces accidents, ça aurait dû être rectifié beaucoup plus tôt.

On a posé de bons gestes. La sécurisation, elle s’en vient. On ne peut pas aller plus rapidement que ce qu’on fait.

Mathieu Lacombe, ministre responsable de la région de l'Outaouais

Selon le ministre Lacombe, les infrastructures et la signalisation à elles seules ne peuvent pas réduire tout le risque. Les comportements des automobilistes doivent changer, selon lui.

C’est pour cette raison qu’on va lancer une campagne de sensibilisation, pour qu’on passe les bons messages et pour que les comportements changent sur les routes.

Pour ce qui est de la mise en place d'autres mesures, je ne suis contre aucune bonne idée pour améliorer la sécurité de l’autoroute, répond le ministre Lacombe.

Le gouvernement a par ailleurs promis d'installer rapidement des glissières à câbles haute tension pour séparer les chaussées de l’autoroute 50 aux endroits où la circulation se fait dans les deux sens.

Avec les informations de Jean-François Poudrier

Ottawa-Gatineau

Transports