•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C'est la fin pour MusiquePlus

Logo de MusiquePlus

La chaîne MusiquePlus a vu le jour en 1986.

Photo : Musique Plus

Radio-Canada

Le Groupe V Média annonçait en février dernier son intention de mettre la clé sous la porte de MusiquePlus, une chaîne qu'elle avait acquise en 2014 et qui faisait du surplace depuis plusieurs années. C'est maintenant que cette décision se matérialise alors que la chaîne doit prendre le nom d'Elle Fictions – qui présentera des séries et des films s'adressant principalement à un public féminin – dans la nuit de dimanche à lundi.

C'est une page d'histoire qui se tourne, surtout pour la génération qui a grandi avec cette chaîne, laquelle a connu ses années de gloire dans les années 90 et au début des années 2000.

La raison d'être de MusiquePlus : le vidéoclip

MusiquePlus a été fondée le 2 septembre 1986 par Moses Znaimer et Pierre Marchand, respectivement producteur exécutif et directeur de la programmation musicale. Elle devenait alors la première chaîne de télévision francophone vouée à la musique au pays.

L'avènement de l'ère du vidéoclip avait eu lieu quelques années auparavant, en 1981, alors que MTV inaugurait son antenne avec le symbolique tube Video Killed the Radio Star, des Buggles. Le pari de MTV de ne diffuser que des clips 24 heures sur 24 était très réussi, et la chaîne s'est alors étendue sur tous les continents.

La frénésie entourant cette nouvelle forme d'expression artistique a rapidement gagné le Canada, puis le Québec. En 1984, la chaîne torontoise MuchMusic a vu le jour, fruit de l'imagination de John Martin et de Moses Znaimer. Deux ans plus tard, ce dernier a uni ses forces à celles de Pierre Marchand, et MusiquePlus a été officiellement lancée au Spectrum de Montréal. C'était le début d'une longue aventure qui allait faire découvrir de nombreux nouveaux visages au public québécois.

Un véritable tremplin

Si on peut retenir une chose de MusiquePlus, c'est l'incroyable bassin de talents qu'elle a dévoilés au grand public. De nombreuses personnalités publiques travaillant encore aujourd'hui dans le milieu des médias ont vu leur carrière prendre leur envol après leur passage à MusiquePlus. Pensons, pour ne nommer que quelques-unes de ces personnes, à Véronique Cloutier, à Sonia Benezra, à Claude Rajotte, à Rebecca Makonnen, à Geneviève Borne, à Marie Plourde ou à Virginie Coossa.

D'autres artistes ont également fait leur marque dans le paysage télévisuel québécois au moyen d'émissions de leur propre cru. C'est le cas de l'humoriste Louis-José Houde, avec sa délirante émission Dollaraclip, qui glanait ce qui se faisait de mieux en matière de mauvais goût dans le monde du vidéoclip. Patrick Groulx a également vu sa cote de popularité exploser grâce à son émission Le Groulx luxe. Les personnages de Poudy et Chabot (des humoristes Martin Perizzolo et Mike Ward), dans le déjanté L'gros show, ont aussi marqué toute une génération.

La populaire émission VJ recherché a donné leur chance à plusieurs animatrices et animateurs talentueux, alors qu'ils n'avaient que très peu ou pas du tout d'expérience.

Depuis plusieurs années, la chaîne tendait toutefois à délaisser le contenu musical. Le Groupe V Média, qui avait fait en 2014 l'acquisition de MusiquePlus ainsi que de sa petite sœur MusiMax, tentait de la repositionner en privilégiant les créneaux de l'humour, de la téléréalité et des séries, avec de nombreuses émissions traduites provenant des États-Unis, notamment.

Quelques moments marquants

L'histoire de la chaîne musicale regorge de moments qui ont marqué l'esprit des gens qui regardaient la chaîne; des moments tantôt émouvants, tantôt hilarants, sans oublier quelques malaises bien sentis.

Par exemple, il y a eu la fois où Véronique Cloutier est allée à la rencontre des Backstreet Boys, lors de leur passage au Festival des montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu. C'était en 1996, lorsque la folie entourant le boys band rappelait presque la frénésie de la Beatlemania dans les années 1960.

Certaines personnes se souviendront d'un moment pénible où le pauvre Denis Talbot tentait d'interviewer le regretté Shannon Hoon, chanteur de la formation Blind Melon, qui n'avait visiblement pas envie de plaisanter ce jour-là.

Terminons avec cette très rare entrevue québécoise de Marc Coiteux avec Nirvana, lors du passage du groupe aux Foufounes électriques en 1991, avant une performance qui se révélera légendaire.

Musique

Arts