•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des usagers négligents font déraper l'arrivée des trottinettes électriques

Une trottinette électrique de l'entreprise Lime dans les rues de Paris.

Photo : Getty Images / AFP / Enzo Tribouillard

Radio-Canada

Les 200 trottinettes en libre-service Lime roulent depuis 10 jours et les infractions se multiplient. Des utilisateurs les stationnent à des endroits interdits, alors que certains circulent sans casque ou roulent sur le trottoir.

L'entreprise Lime, une filiale de Google, dit mettre des mesures en place pour remédier à cette situation.

« On travaille à éduquer les gens pour s’assurer qu’ils savent où les stationner. C’est visible sur l’application. On y travaille », affirme Lou Beckett qui travaille pour l'entreprise dans les rues de la ville.

À Montréal, le port du casque est obligatoire. De plus, les utilisateurs ne peuvent pas rouler sur les trottoirs et doivent stationner les trottinettes à des endroits réservés à cet effet.

La conseillère associée à l'urbanisme et à la mobilité au Comité exécutif, Sophie Mauzerolle, constate qu'« il y a des trottinettes qui sont laissées à l'abandon un peu partout. On en a retrouvé dans le canal Lachine, elles sont sur les trottoirs, dans les zones de stationnement tarifé ».

Visiblement, il y a des lacunes au niveau de l'usage qui ne respecte pas les modalités du règlement de la Ville et du code de sécurité routière.

Sophie Mauzerolle

La Ville demande à Lime de faire respecter le règlement

De son côté, l'entreprise Lime assure qu'elle déploie des efforts pour sensibiliser les utilisateurs à l'importance de respecter les règlements et dit intervenir rapidement lorsqu'une trottinette se retrouve à un endroit où elle ne devrait pas y être.

Les trottinettes peuvent rouler n'importe où à Montréal, mais ne peuvent être stationnées qu'aux endroits clairement désignés sur la chaussée dans les quartiers Ville-Marie, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

À la Ville, on mesure pleinement les difficultés d'intégration de ce nouveau mode de déplacement.

Ça ne se passe pas à notre goût, mais on a un règlement qui a des dents. S’il faut l’appliquer, on va l’appliquer, dit Eric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme et de la mobilité à la Ville.

Ultimement, c’est à l’opérateur de s’assurer que notre règlement soit respecté. Il n'y a pas de voies de sortie. C’est le respect du règlement ou rien.

Eric Alan Caldwell

Le SPVM a donné des constats d'infractions à des contrevenants, mais on ignore combien.

Avec les informations de Diana Gonzalez et Marie-Josée Paquette-Comeau

Grand Montréal

Transports