•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Surrey innove avec des services pour personnes autistes

Portrait rapproché de Kayla Tellier, une jeune fille aux yeux fermés allongée sur un oreiller rouge avec un casque de réduction sonore sur les oreilles

Âgée de 24 ans, Kayla Tellier n'a été diagnostiquée que dans la vingtaine. Environ un Canadien de 5 à 17 ans sur 66 a reçu un diagnostic d'autisme.

Photo : ben nelms/cbc / Ben Nelms

Maud Cucchi

Des espaces calmes pour atténuer les troubles de l’autisme, c'est l'une des initiatives de la Ville de Surrey pour les autistes et leurs familles. Elle veut leur permettre d’avoir accès à certains lieux et manifestations publiques propices au déclenchement de crises.

Les familles peuvent y trouver des casques de réduction sonore, des livres et des jouets, mais aussi des fauteuils-sacs confortables. L’espace a été aménagé comme une bulle à l’écart du bruit et de la foule. Tout y est pensé pour atténuer l’anxiété des autistes. La lumière peut même être tamisée à la demande.

En partenariat avec le réseau Canucks Autism, la Ville de Surrey a embauché un jeune consultant en accessibilité, lui-même autiste, afin de superviser ces nouveaux espaces de réduction sensorielle, une étape majeure du programme d’accessibilité, dont la Ville s’est dotée en 2018.

Un jeune homme plutôt corpulent jouant avec des jouets multicolores à une table.

Sylvain Formo, lui-même autiste, a été embauché par la Ville de Surrey pour superviser les espaces de réduction sensorielle.

Photo : ben nelms/cbc / Ben Nelms

Sylvain Formo supervise donc les lieux. Il s’assure que les visiteurs y sont bien accueillis et répond à leurs questions, tout en restant à l’écoute de leurs besoins. S’il faut baisser l’intensité lumineuse ou mettre un fauteuil à l’écart, dans un coin encore plus calme, il s'en occupe.

C'est juste un endroit où se reposer, venir quelques minutes pour souffler et retourner ensuite [à ses activités].

Sylvain Formo, consultant en accessibilité de la Ville de Surrey

Ce service aurait changé la vie de Kayla Tellier, 24 ans, atteinte d'autisme et qui, longtemps, s’est tenue loin des manifestations publiques attirant de nombreuses personnes.

Ma famille devait partir, parce que je ne savais pas où aller. L’endroit était bruyant, avec beaucoup de monde, il n’y avait pas moyen de prendre une pause. La seule solution, c’était de partir, se souvient-elle.

La foule, le bruit et la multiplication des conversations constituent des facteurs déclencheurs de crise, raconte-t-elle.

Kayla Tellier explique que ces situations lui donnent l’impression d’être sans issue : parfois, son cerveau ne lui permet plus de bouger. Elle doit alors solliciter l’aide d’un tiers afin de retrouver une certaine tranquillité à l’écart de l’agitation.

Une jeune femme rousse et souriante, photographiée de profil, tient d'une main des cubes multicolores empilés et de l'autre main, un casque bleu.

Plus jeune, Kayla Tellier aurait bien aimé bénéficier d'un lieu tranquille afin d'avoir accès à des manifestations publiques propices au déclenchement d'une crise.

Photo : ben nelms/cbc / Ben Nelms

À Surrey, ces espaces de relaxation rendent désormais les lieux et les manifestations publics plus adaptés et donc accessibles à une clientèle présentant un trouble neurodéveloppemental.

La Ville de Surrey s’est engagée à fournir des programmes et des services inclusifs, mais aussi accessibles à tous les membres de la communauté, explique la conseillère municipale Allison Patton.

Des visites de musée adaptées et des pompiers mieux outillés

D’autres initiatives renforcent la politique d’accessibilité de la Ville de Surrey. Tous les premiers dimanches matin du mois, le Musée de Surrey pourra être visité en toute tranquillité par les personnes atteintes d’autisme, et ce, dès le mois de septembre.

Ce n’est pas tout : les pompiers de la Ville de Surrey seront équipés de trousses leur permettant d'intervenir plus efficacement en cas de crise chez une personne autiste.

Ces trousses comprennent des casques de réduction sonore, des accessoires calmants et des cartes à symboles plus efficaces pour aider les pompiers à mieux situer la douleur chez les victimes ne pouvant verbaliser leurs symptômes.

Quelque 16 000 enfants ont reçu un diagnostic d'autisme en Colombie-Britannique.

Avec les informations de Jesse Johnston, CBC News

Colombie-Britannique et Yukon

Politique municipale