•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des commerçants poursuivent la Corporation des marchés publics

Une jeune femme replace un étal de légumes au marché Jean-Talon, à Montréal.

Une vue du marché Jean-Talon

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des commerçants du marché Jean-Talon intentent une poursuite en justice contre la Ville de Montréal et la Corporation des marchés publics. Ils contestent certains changements au règlement.

À l’origine de cette situation, la réorganisation des marchés publics montréalais qui fait suite au dépôt du rapport du contrôleur général. Ce rapport, commandé par la Ville de Montréal, a révélé certaines irrégularités, notamment au marché Jean-Talon.

Les plaignants demandent à la Cour supérieure du Québec de se prononcer d’urgence sur les modifications apportées au règlement par la Ville et l'organisme qui gère les marchés publics.

Dans la foulée, les commerçants veulent que la Cour repousse la tenue d’une réunion spéciale de la Corporation, qui doit nommer un nouveau conseil d’administration, à la suite de la démission en bloc de ses membres la semaine passée.

La requête sera entendue le 10 septembre.

Le rapport du contrôleur général de la Ville faisait état de manœuvres de certains commerçants pour relouer ou revendre les emplacements entre eux. Le document soulignait notamment la perte de maîtrise de la Corporation des marchés publics ces dernières années.

Un climat « tendu »

En juillet, l'une des installations agricoles de Nicolas Villeneuve, qui présidait à ce moment la Corporation des marchés publics, a été vandalisée. Quelques semaines plus tard, au début d'août, son verger a été saccagé : 300 pommiers ont été détruits. Une perte évaluée à des dizaines de milliers de dollars.

De plus, un individu s'est introduit dans sa maison par effraction alors que son fils, un adolescent, s'y trouvait seul.

Ces événements ont convaincu Nicolas Villeneuve de démissionner de son poste de président de la Corporation des marchés publics, notamment en raison du climat oppressant qui régnait au sein de l'organisation.

Pour mon bien-être et celui de ma famille, j’ai décidé de me retirer de mes implications publiques, comme la présidence de la Corporation des marchés publics de Montréal.

Nicolas Villeneuve

« Quand j’ai pris le mandat de la présidence de la Corporation, je ne m’attendais vraiment pas à trouver une structure dans cet état », indique M. Villeneuve, sans donner plus de précisions.

La Régie de police du Lac des Deux-Montagnes enquête sur les trois événements. Aucune piste n'est écartée.

Nicolas Villeneuve préfère limiter ses commentaires sur les liens possibles entre ces événements et le climat qu'il décrit comme « tendu » dans les marchés publics.

Avec les informations de Julie Marceau

Grand Montréal

Politique municipale