•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mutation à venir pour des flottilles de la Côte-Nord et de la Gaspésie

Gros plan sur deux crochets accrochés au garde-corps d'une embarcation, avec, en arrière-plan, le Saint-Laurent.

Des crochets de pêcheur

Photo : Radio-Canada / Gilbert Bégin

Joane Bérubé

Pêches et Océans Canada a amorcé des discussions avec des flottilles de la Gaspésie ainsi que d'autres de la Moyenne et de la Haute-Côte-Nord pour transférer leur pêche compétitive vers un programme de quota individuel.

Actuellement, dans le golfe, les pêcheurs de plusieurs flottilles de turbot, de flétan atlantique et de morue n’ont droit de pêcher le total autorisé de captures que durant quelques jours, parfois même seulement quelques heures, selon le principe du premier arrivé, premier servi.

Dans son communiqué, Pêches et Océans explique qu'elle estime que la pêche compétitive, instaurée entre autres pour favoriser la surveillance, peut augmenter le risque d’accident. De plus, comme tous les pêcheurs débarquent leurs prises en même temps, les usines de transformation doivent traiter d’importants volumes en peu de temps et les prix tendent à chuter.

Le ministère ajoute que la pêche par quota assure un accès stable, sécuritaire, transparent et prévisible à la ressource ce qui permet aux entreprises de pêche de mieux planifier leur saison.

Bien qu’un modèle de pêche par quota individuel semble plus avantageux, les pourparlers pour une migration de programme peuvent prendre plusieurs années.

Il s’agit en effet de discussions délicates, car le partage et l’attribution des quotas ont une incidence directe sur les revenus des entreprises de pêche, observe Steve Trottier, agent régional de Pêches et Océans Canada pour la région du Québec pour les espèces de poisson de fond.

Un pêcheur tient une morue d'une main et de l'autre, un bac plein d'autres poissons.

Pêche à la morue

Photo : Radio-Canada / Gilbert Bégin

Les formules qui mènent au partage d’un quota global vers un quota individuel exigent une analyse fine de chaque entreprise de pêche. Il y a différentes considérations entre autres au niveau de l’historique des pêcheurs, si on considère l’historique ou pas, quelle période on choisit en termes d’années temporelles, indique Steve Trottier. Il y a plein, plein de critères et paramètres qu’il faut vraiment considérer. Il faut cheminer avec les différentes associations pour choisir une formule qui va favoriser une forte adhésion au programme.

Les flottilles de morue et de flétan atlantique de la Basse-Côte-Nord, qui ont choisi cette année d’abandonner le programme de pêche compétitive au flétan et à la morue pour un programme de quota individuel, avaient amorcé leurs discussions en 2012. Ils ont ensuite expérimenté un projet-pilote de deux ans pour la pêche à la morue. Le groupe de 165 pêcheurs a ensuite été appelé à voter sur le changement de programme pour la morue et le flétan. Le changement de programme a été approuvé dans une proportion de 88,4 %.

En Basse-Côte-Nord, la pêche au flétan atlantique a débuté le 13 août pour une période de 25 jours. Le total autorisé de capture est de 60 tonnes.

La pêche à la morue a été entreprise dimanche dernier pour une période de six semaines. Les pêcheurs pourront rapporter à quai un total de 56 tonnes de morue.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie des pêches