•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La marina de Rivière-du-Loup doit revoir sa méthode de dragage

La marina de Rivière-du-Loup (archives).

La marina de Rivière-du-Loup (archives).

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Radio-Canada

Le dragage hydraulique de la marina de Rivière-du-Loup ne pourra se faire tel que le souhaitaient les membres de la Corporation du Carrefour maritime. Québec et Ottawa craignent que cette façon de faire provoque une recrudescence des matières en suspension dans l'eau.

Cette décision force les dirigeants de la ville à trouver de nouvelles solutions pour enlever le mètre de vase qui s'accumule à la marina chaque année.

À marée basse, les bateaux amarrés à la marina de Rivière-du-Loup ne peuvent pas quitter leurs quais. Situées en eau peu profonde, les infrastructures ont également un problème d'accumulation de vase.

Les promoteurs du projet de Carrefour maritime espéraient pouvoir installer un système de dragage hydraulique qui aurait permis de repousser les sédiments au large grâce à un tuyau.

Les gouvernements estiment toutefois que ce type de rejet créerait trop de matières en suspensions.

La quantité qu'on [...] [peut] rejeter dans le milieu ambiant est tellement minime qu'on va finalement se retrouver à pomper de l'eau, déplore Benoit Cayer, directeur du développement économique de la Ville de Rivière-du-Loup

On est coincé dans les normes. Et là, à un moment donné, on a autre chose à faire que des études. Les études se sont empilées au cours des années, alors trouvons une autre solution.

Benoit Cayer, directeur du développement économique de la Ville de Rivière-du-Loup

Cette technique aurait été moins coûteuse que le dragage mécanique habituel. L’entretien de la marina aurait également pu être fait à différentes périodes de l’année.

Ce nouveau rebondissement ne fait pas le bonheur des membres du club nautique de Rivière-du-Loup.

Sans le dragage, le club n'est plus viable à Rivière-du-Loup et l’organisme n’a pas les 150 000 $ nécessaires pour effectuer ce type d'entretien. Les dirigeants envisagent de déménager le club nautique, en partie, à Cacouna.

Je pense qu'à Cacouna, ce serait faisable. Et on pourrait garder une place à Rivière-du-Loup pour les croisiéristes et [...] pour les visiteurs parce que les services sont ici.

Dany Tremblay, président du Club nautique de Rivière-du-Loup

Malgré ce possible déménagement, les dirigeants de la ville poursuivent leurs démarches pour trouver d'autres solutions.

Parmi des options envisagées, Benoit Cayer se demande entre autres si la vase qui se retrouve dans la marina pourrait servir à recharger certaines berges près de l'autoroute 20.

D’après les informations de Patrick Bergeron

Bas-Saint-Laurent

Infrastructures