•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

DPJ : Les délais d’attente ne s’améliorent pas au Bas-Saint-Laurent

Un enfant, est assis, de dos, avec des blocs à ses pieds sur un plancher multicolore. Devant lui, la main d'un autre enfant qui saisit un bloc-jouet.

Les délais d'attente moyens d'évaluation de la Direction de protection de la jeunesse au Bas-Saint-Laurent sont toujours sous la cible du gouvernement.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Édith Drouin

Les délais d'attente moyens d'évaluation de la Direction de protection de la jeunesse (DPJ) du Bas-Saint-Laurent ont légèrement augmenté au cours des derniers mois.

Ils sont passés de 20,9 jours, en mai à 21,77 jours, en date du 22 août. La cible du gouvernement est de 12 jours.

Vingt-six dossiers sont actuellement en attente.

La directrice adjointe de la protection de la jeunesse du Bas-Saint-Laurent, Mélissa Desjardins, explique que son organisation fait face à une hausse des signalements.

La DPJ a reçu 463 signalements de plus que l’an dernier dans la région, sur un total de 2816 signalements pour l’année 2018-2019.

Elle ajoute que l’organisation fonctionne avec moins de personnel l'été.

La période estivale est tout le temps une période un petit peu plus critique où on est à effectifs réduits, considérant les vacances de notre personnel. Parfois, ça va engendrer certains délais supplémentaires.

Mélissa Desjardins, directrice adjointe de la protection de la jeunesse du Bas-Saint-Laurent

Mme Desjardins précise que les délais sont par contre respectés dans les situations urgentes qui doivent être traitées dans la même journée ou dans les 48 h suivant le signalement.

La DPJ dit faire des suivis réguliers avec les personnes qui signalent des cas pour vérifier l’état des dossiers qui sont en attente.

Selon la directrice adjointe, des embauches devraient être faites à l’automne avec le financement supplémentaire octroyé récemment par le gouvernement.

Bas-Saint-Laurent

Enfance