•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La baladodiffusion pour donner une voix aux jeunes Autochtones

Trois jeunes personnes dans un studio de radio.

Akeesha Footman, Seth Sabourin et Ivy Durston sont trois des jeunes Autochtones qui ont pris part cette semaine à une série d'ateliers sur la création de balados.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Miguel Lachance

Un groupe de huit jeunes Autochtones suivent cette semaine une formation intensive sur la production de baladodiffusions à Thunder Bay, en Ontario, pour acquérir les habiletés requises afin de démarrer leur propre émission baladodiffusée, ou même de se diriger vers une carrière dans les médias.

Les ateliers, organisés par l’organisme torontois Journalists for Human Rights et le réseau de baladodiffusion CANADALAND, sont offerts gratuitement jusqu’à dimanche à des Autochtones âgés de moins de 30 ans.

L’humoriste et réalisateur de balados ojibwé Ryan McMahon accompagne les huit participants dans les différentes étapes de la création d’une émission balado, de l’écriture au montage, en passant par l’enregistrement.

Un homme dans la régie d'un studio d'enregistrement.

Ryan McMahon réalise la baladodiffusion Red Man Laughing et a produit avec CANADALAND un balado en cinq épisodes sur Thunder Bay et la mort de neuf jeunes autochtones.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Ça se passe vraiment très bien, se réjouit M. McMahon. Nous avons un groupe de jeunes très engagés et très passionnés par les médias et la représentation [des Autochtones].

J’ai toujours été intéressé par la radio, raconte Akeesha Footman, une des jeunes participantes. Ça faisait longtemps que j’avais entrepris un projet [du genre].

Je suis contente d’être ici et d’apprendre en côtoyant des experts, confie-t-elle.

Le collège Confederation, à Thunder Bay.

La formation est offerte en collaboration avec le Collège Confederation, qui fournit les locaux, dont un studio d’enregistrement à la fine pointe de la technologie, et l'aide de deux étudiants.

Photo : Radio-Canada / Caroline Bourdua

L’accent est toutefois porté depuis le début de la semaine d’ateliers sur l'éventualité de créer des balados avec peu d’équipement, dans sa chambre ou son sous-sol, souligne Ryan McMahon.

Même s’ils sont tous des néophytes du monde de la baladodiffusion, les jeunes sont déjà familiarisés avec Internet et les médias numériques.

Nous avons été en mesure de nous mettre au travail rapidement, raconte le formateur. Les projets avancent beaucoup plus loin que ce à quoi les formateurs s’attendaient.

L'objectif principal de la formation est d’encourager plus de jeunes Autochtones à être présents dans l’espace médiatique et à partager ce qu’ils ont à dire.

Si souvent, que ce soit à la télévision, à la radio ou dans la presse écrite, on dit beaucoup de choses sur les jeunes Autochtones du Canada. Ce que nous entendons rarement, ce sont des histoires racontées par de jeunes Autochtones.

Ryan McMahon, humoriste et animateur de baladodiffusions

Chaque fois que vous avez l’occasion de mettre un ensemble d’outils entre les mains d’un jeune, vous faites ce qui est juste et vous êtes souvent agréablement surpris de ce que les jeunes vous apportent, confie Ryan McMahon.

Ivy Durston, une des participantes, croit qu’elle sera en mesure de mieux s’exprimer dans la vie de tous les jours.

J'ai parfois du mal à prendre la parole. J'ai appris que je ne devrais pas avoir peur de le faire et être moi-même.

Ivy Durston

Une formation concrète

Des balados sur des sujets variés sont produits cette semaine, dont l’histoire de Thunder Bay et la culture populaire.

Ryan McMahon croit que les baladodiffusions réalisées à l'occasion des ateliers ont beaucoup de potentiel et pourraient même dans certains cas permettre aux jeunes de se lancer en affaires.

C’est d’ailleurs l’objectif à moyen terme de Seth Sabourin, membre de la Première Nation de Pic Mobert et résident de Thunder Bay.

Le jeune homme, qui travaille en ce moment pour l’organisme communautaire Roots to Harvest, s’intéresse particulièrement au monde des jeux vidéo.

C’est d’ailleurs son patron qui lui a parlé de la formation. Il croit que ce qu’il apprend cette semaine lui sera utile dans ses projets.

De son côté, Akeesha Footman, qui a des origines dans la réserve de Manitou Rapids, compte réaliser pendant l’année scolaire une série de balados portant sur des sujets tabous reliés à la santé des Autochtones.

Elle compte notamment parler des problèmes de santé mentale et de dépendances.

C’est un sujet qui me tient à cœur depuis longtemps. La baladodiffusion est un moyen génial pour partager de l’information au sujet de la réduction des méfaits [liées à la consommation de drogues], partout sur Internet.

Akeesha Footman

M. McMahon indique que l'atelier sera sans doute offert de nouveau, avec quelques améliorations.

Il envisage entre autres d'inviter des journalistes ou d’autres professionnels à venir parler de leur travail.

Nord de l'Ontario

Autochtones