•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des conseils scolaires réclament le retour des salles d’isolement

Voici une des salles d'apaisement utilisées à l'École L'Étincelle. Elle mesure 1,80 mètre sur 1,30 mètre. Le personnel utilise un matelas pour éviter que la porte ne se ferme lors des crises.

Les salles d'isolement ou d'apaisement sont un outil important pour gérer les « cas exceptionnels », selon les principaux conseils scolaires de l'Alberta.

Photo : Courtoisie

Radio-Canada

Les quatre plus grands conseils scolaires de l’Alberta demandent au gouvernement provincial d'autoriser le retour à l’utilisation de salles d’isolement dans les écoles, ce que l’ancienne administration néo-démocrate avait voulu bannir à partir du 1er septembre.

« Nos quatre conseils offrent des services à une population d’élèves avec une variété de besoins divers et complexes. Nous croyons que l’usage de chambres d’isolement/d’apaisement est approprié dans certaines circonstances », peut-on lire dans une déclaration signée par la Commission des écoles publiques de Calgary, le Conseil scolaire catholique de Calgary, le Conseil scolaire public d’Edmonton et le Conseil scolaire catholique d’Edmonton.

Des représentants de chacun de ces groupes ont rencontré la ministre de l’Éducation, Adriana LaGrange, jeudi, pour lui demander de revoir l’interdiction de salles d’isolement à l'école.

« [Cette interdiction] limite les moyens dont disposent les autorités scolaires pour s’occuper des cas exceptionnels tout en assurant la sécurité de tous les élèves et employés dans la communauté scolaire », dit le communiqué.

La controverse entourant les salles d’isolement s’est embrasée après qu’un jeune garçon eut été laissé nu et couvert d’excréments dans une salle verrouillée d’une école de Sherwood Park en 2015. 

Les parents de l’enfant ont poursuivi l’école, et plusieurs groupes de défense des personnes autistes et handicapées ont commencé à réclamer la fin des salles d’isolement en milieu scolaire. C’était également la recommandation du comité formé par l’ancien ministre de l’Éducation, David Eggen, pour étudier la question.

Ce dernier a décidé d'interdire officiellement la pratique grâce à un arrêté ministériel, le 28 février dernier.

Dans leur communiqué publié vendredi, les conseils scolaires affirment qu’ils sont prêts à travailler avec Éducation Alberta pour mettre en place des politiques claires et précises pour encadrer l’usage des salles d’isolement.

« Nos conseils ont des programmes spécialisés avec du personnel bien formé qui développe des plans, en collaborant avec les familles, pour soutenir nos élèves qui peuvent avoir des comportements dangereux, qui pourraient les amener à se blesser eux-mêmes, ou à blesser d’autres élèves ou employés », assurent-ils.

Le ministère de l’Éducation a fait savoir vendredi que l’interdiction imposée par David Eggen était maintenue, pour l’instant.

« La ministre LaGrange accorde beaucoup de valeur à l’opinion exprimée par les conseils scolaires métropolitains et elle étudiera leurs commentaires sur la question », a écrit le porte-parole du ministère, Colin Atchison. « Éducation Alberta continuera de travailler avec ses partenaires dans le système d’éducation pour garantir la sécurité de tous nos élèves et de notre personnel ».

Inclusion Alberta, un groupe de défense des droits des personnes avec des déficiences développementales, se dit très déçu de l’initiative des conseils scolaires.

« Les chambres d’isolement ne devraient être utilisées qu’en cas d’urgence. Ce n’est pas une stratégie éducative. Ça n’enseigne rien », dit la directrice générale de l’organisme, Trish Bowman.

Selon elle, les organismes scolaires devraient plutôt miser sur des approches de renforcement positif, qui sont plus sûres et mieux documentées.

Alberta

Éducation