•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taxe carbone : l’Ontario se prononcera sur la contestation judiciaire après les élections

La main d'un automobiliste qui remplit son réservoir de diesel.

La taxe carbone fédérale est entrée en vigueur le 1er avril en Ontario, au Nouveau-Brunswick, au Manitoba et en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

La Presse canadienne

La province de l'Ontario décidera après les élections fédérales si elle poursuivra ou non sa contestation judiciaire de la taxe sur le carbone.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a évoqué vendredi la possibilité qu'il finisse par abandonner l'affaire et a déclaré qu'il se prononcera sur la contestation judiciaire de la taxe carbone après les élections fédérales.

La province s'est engagée à dépenser environ 30 millions de dollars pour lutter contre le système de tarification du carbone mis en place par le gouvernement fédéral libéral dans les tribunaux.

La taxe carbone fédérale est constitutionnelle, avait tranché en juin la Cour d'appel de l'Ontario, rejetant ainsi la contestation judiciaire du gouvernement de Doug Ford.

Le gouvernement progressiste-conservateur avait alors déclaré qu'il interjetterait appel devant la Cour suprême.

Mais Doug Ford a déclaré vendredi que la question sera tranchée par les électeurs aux urnes et non devant les tribunaux. Cette taxe sur le carbone, ce ne seront pas les tribunaux qui vont décider. Les gens vont décider quand les élections auront lieu, a-t-il déclaré. Une fois que le peuple aura décidé, je crois en la démocratie, je respecte la démocratie, nous passons à autre chose.

Le premier ministre de l'Ontario affirme qu'il consultera son procureur général et son Cabinet si un parti qui appuie la taxe sur le carbone gagne les élections.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, a déclaré qu'il supprimerait la taxe carbone s'il est élu aux prochaines élections.

D'autres provinces, notamment la Saskatchewan, l'Alberta et le Manitoba, contestent également la taxe carbone devant les tribunaux.

Un porte-parole du premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a déclaré vendredi que l'action en justice de la province se poursuivrait, quel que soit le résultat des élections. Notre gouvernement croit que les élections fédérales offrent une occasion importante aux électeurs de la Saskatchewan et du Canada de rejeter fermement la taxe fédérale sur le carbone néfaste et inefficace, a déclaré Jim Billington dans un communiqué.

Cependant, nous reconnaissons qu'une importante question de pouvoir juridictionnel continuera d'exister, quel que soit le parti fédéral élu au mois d'octobre.

Le chef du Parti vert de l'Ontario, Mike Schreiner, a déclaré que le procès intenté par le gouvernement Ford a toujours été une mise en scène politique.

Ce qui a réellement poussé le premier ministre à envisager de céder, c'est le désir insatiable des gens pour avoir un leadership sur le changement climatique, a-t-il déclaré dans un communiqué.

Personne ne veut d'un premier ministre qui gaspille l'argent des contribuables en sabotant des solutions lorsque les impacts locaux et mondiaux du changement climatique deviennent de plus en plus dramatiques.

Mike Schreiner, chef du Parti vert de l'OntarioGreenpeace Canada a déclaré que Ford devrait abandonner l'affaire immédiatement.

De son côté, Greenpeace Canada estime que Doug Ford devrait abandonner l'affaire immédiatement.

Si le premier ministre Ford veut cesser de gaspiller l'argent de nos impôts pour empêcher d'autres gouvernements qui veulent combler le vide qu'il a créé dans la réaction du Canada à la crise climatique, et bien, il devrait alors limiter ses pertes et le faire maintenant, a déclaré le stratégiste principal en énergie de Greenpeace Canada, Keith Stewart.

Économie

Environnement