•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saskatoon a besoin d'aide pour sécuriser les abords du futur centre d’injection supervisée

Une dizaine de personnes, dont des policiers, participent à une réunion dans une salle de conférence.

Un rapport présenté au Conseil de police de Saskatoon jeudi indique que la Ville aura besoin de huit agents et d'une voiture de police supplémentaires pour renforcer la sécurité autour du futur centre d'injection supervisée.

Photo : Radio-Canada / Morgan Modjeski

Radio-Canada

La Ville de Saskatoon indique que l’aide financière des gouvernements provincial et fédéral sera nécessaire pour renforcer la présence policière autour du premier centre d’injection supervisée de la province, qui devrait ouvrir à l’automne, dans la Ville des Ponts.

La Ville est parvenue à cette conclusion après la présentation, jeudi, d’un rapport de l’inspecteur de police Cameron McBride, lors d’une réunion du Conseil de police de Saskatoon.

Dans ce rapport, préparé après avoir visité quatre centres d’injection supervisée en Alberta, Cameron McBride indique que la présence policière devra être renforcée près de celui de Saskatoon, qui ne disposera pas de service de sécurité privée.

Le rapport estime qu’une nouvelle voiture de patrouille et huit nouveaux agents de police seront nécessaires pour assurer la sécurité autour du centre.

Cameron McBride a aussi indiqué que les policiers auront aussi besoin de formation pour comprendre leur rôle dans un centre d'injection supervisée.

L'organisme AIDS Saskatoon prévoit ouvrir le centre d’injection supervisée dans le bâtiment d’une ancienne pâtisserie du quartier Pleasant Hill.

Pour le maire de Saskatoon, Charlie Clark, l’important est d’assurer un environnement sécuritaire pour préserver les avantages d’un tel lieu dans un quartier où, dit-il, beaucoup de personnes consomment de la drogue dans des ruelles.

Il y a des écoles aux alentours. Il y a des familles qui vivent dans le quartier. Elles doivent se sentir en sécurité et nous aurons besoin de travailler avec les autres ordres de gouvernement pour cela , déclare-t-il.

Le centre d’injection supervisée a déjà reçu l’autorisation de Santé Canada. Il fournira un endroit où les toxicomanes pourront s’injecter de la drogue sous la supervision de techniciens paramédicaux prêts à intervenir si nécessaire.

Le centre fournira aussi des ressources pour les personnes qui souhaitent s’affranchir de leur dépendance.

Avec les informations de CBC

Saskatchewan

Drogues et stupéfiants