•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La campagne électorale vue par de jeunes mordus de politique

Radio-Canada

Une fois par semaine, d’ici au vote du 10 septembre, Radio-Canada Manitoba réunit de jeunes amateurs de politique, qui dresseront un bilan de leurs constats. Voici le premier de ces rendez-vous, avec Serge Nguena et Ena Séchin.


Depuis son arrivée au Canada, il y a cinq ans, Serge Nguena, 38 ans, suit la politique assidûment. Il s’intéresse à l’éducation, à la santé et à l’emploi. Il se passionne pour la possibilité de débattre publiquement et de proposer des solutions aux problèmes quotidiens de la population. Ça nous permet de mesurer la portée de nos pensées et le niveau d’honnêteté de ceux à qui nous confions notre avenir, dit-il.

Pour Ena Séchin, une étudiante de 20 ans, le droit de vote est une responsabilité citoyenne. Un bon choix doit être un choix informé. Pour moi, dit-elle, ce qu'il y a de plus intéressant, c'est la possibilité d'avoir un impact, d'influencer la société, un individu à la fois.

Cinq questions, cinq réponses

En plus des sujets abordés dans cet échange télévisé, nous avons posé à Ena et à Serge cinq questions pour dresser le bilan de cette semaine d’élections. Voici leurs réponses.

Un jeune homme et une jeune femme, debout dans un studio de télévision, sourient.

Serge Nguena et Ena Séchin ont participé au premier Jeunes mordus de politique sur les ondes de Radio-Canada Manitoba, dans le cadre de la campagne électorale qui se déroule jusqu'au 10 septembre.

Photo : Radio-Canada / Sandra Poirier

La chose qui vous a dérangés?

Serge : Le manque de propositions concrètes sur les perspectives économiques de la province, notamment sur les problèmes liés à l'emploi des jeunes ou à l'augmentation constante du coût de la vie. Également, le débat sur les minorités reste encore trop tabou.

Ena : Le passé de Wab Kinew et les accusations de violence.

La promesse la plus pertinente pour les jeunes?

Ena : Je crois que, pour les jeunes, ce qu'il y aura de plus marquant et ce qui aura le plus d'effet, ce sera la hausse du salaire minimum.

Serge : Celle du Parti libéral d’augmenter le salaire minimum de 11 $ à 15 $ l’heure au cours des deux prochaines années. La mise sur pied d'un revenu de base et la mise en oeuvre d'un programme sur l'emploi volontaire dans le domaine public pourront résoudre considérablement le problème des diplômés sans emploi et permettre aux jeunes d'avoir une première expérience d'emploi dans un milieu adapté et moins stressant.

La promesse la plus réaliste?

Serge : Celles du NPD. On traite de problèmes réels qui nécessitent des mesures immédiates, formulées dans leur programme.

Ena : Celle de Dougald Lamont qui veut offrir un revenu viable pour tous les Manitobains d'ici 2024.

L’annonce la plus inattendue?

Ena : Celle de Wab Kinew qui propose d'offrir des produits sanitaires gratuits dans toutes les écoles manitobaines. Je ne pensais pas que ce problème préoccupait un politicien.

Serge : Elle vient du PC. Investir dans la cinématographie, alors que les préoccupations sont en santé et en éducation. Voilà une proposition qui ne fera certainement pas tache d'huile.

Le parti (ou la personne) qui vous a le plus impressionnés sur les médias sociaux?

Serge : Le NPD, avec une forte présence. Il n’y a pas eu une journée sans qu’il y laisse une déclaration ou défende son programme. C'est assez impressionnant.

Ena : J'ai été très impressionnée par la présence de Brian Pallister et de Wab Kinew sur les médias sociaux. Ils savent clairement présenter leur image et semblent comprendre comment faire passer leur message de manière plus personnelle. C’est-à-dire s'assurer d'avoir une bonne présence sur les médias sociaux et la contrôler méticuleusement.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 au Manitoba

Manitoba

Politique provinciale