•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enquête de 10 mois a conduit aux arrestations à l'hippodrome Hastings

Écusson de l'Agence des services frontaliers du Canada sur l'uniforme d'un agent.

Des agents de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) ont arrêté plusieurs personnes, lundi, à l'hippodrome Hastings parce qu'elles n'avaient pas de permis de travail.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

L’enquête qui a mené à l’arrestation de sept Mexicains qui travaillaient à l’hippodrome de Vancouver a commencé il y a 10 mois, longtemps avant que les travailleurs arrivent au Canada.

Un employé provincial aurait falsifié des documents pour permettre aux étrangers de travailler au Canada. Le bureau du procureur général a indiqué que l'employé en question n'a accès ni aux bureaux de la Direction de l'application de la politique des jeux de la Colombie-Britannique ni aux autres systèmes gouvernementaux.

Pour obtenir ces faux permis, les travailleurs auraient payé des centaines de dollars, selon les informations rendues publiques lors des comparutions de plusieurs personnes arrêtées devant la Commission de l'immigration et du statut de réfugié, mercredi, à Vancouver.

Les sept hommes arrêtés lundi ont reçu un avis d'expulsion et été libérés sous condition par l’ASFC en attendant leur retour au Mexique.

Une plainte provoque deux enquêtes

Le bureau du procureur général a, en outre, révélé que l'enquête était le fruit d’informations reçues il y a 10 mois.

Après une plainte reçue par le procureur général en octobre 2018, la Direction de l’application de la politique des jeux a immédiatement lancé une enquête, dit un porte-parole du ministère, par voie de communiqué.

Le ministère n'a toutefois pas révélé de détails sur cette plainte.

Les agents des jeux ont ensuite contacté l’ASFC avec les résultats de leur enquête, ce qui en a déclenché une deuxième, menée cette fois par les agents frontaliers.

L’ASFC a par la suite procédé aux arrestations à l’hippodrome Hastings, dit le porte-parole du procureur général, ajoutant que les agents des jeux ont collaboré à l’enquête des services frontaliers.

Il ne précise pas si l’employé au coeur de la plainte a été congédié ou accusé, ou s’il devra payer une amende.

Toute personne travaillant dans le secteur des jeux en Colombie-Britannique doit s’enregistrer auprès des agents de la Direction de l’application de la politique des jeux.

D'après un texte de Rafferty Baker

Colombie-Britannique et Yukon

Forces de l'ordre