•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En ville, « les piétons ne sont jamais totalement en sécurité »

Un feu de signalisation à Calgary.

Dans six cas sur dix, les collisions entre voitures et piétons ont lieu dans les passages aménagés.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Radio-Canada

La Conférence internationale sur la sécurité routière en milieu urbain a lieu à Edmonton jusqu’à vendredi. Parmi les sujets abordés, les experts ont insisté sur les solutions possibles afin de réduire le nombre d’accidents. Les piétons sont toujours les plus fragiles et doivent rester vigilants, même lorsqu’ils traversent sur les passages aménagés.

Les piétons se sentent-ils en danger en traversant les rues de la capitale albertaine? Au centre-ville, la majorité de personnes interrogées le sont.

« Je me sens plus en sécurité ici que lorsque je traverse aux États-Unis, où les conducteurs ne font pas attention aux piétons », affirme Emil Henson, de Le Duc, au nord d’Edmonton.

Autre son de cloche pour James Arcand, de passage dans le centre-ville. « Les voitures sont toujours oppressantes quand on veut traverser, surtout celles qui sont dans la voie de droite et veulent tourner. »

Selon un sondage de la Municipalité, les dangers liés à des conducteurs imprudents sont la préoccupation principale des Edmontoniens, avant les vols et les cambriolages.

Des chiffres en baisse

Traverser les rues d’Edmonton est de plus en plus sûr, selon les chiffres officiels. Les collisions avec des piétons étaient en baisse en 2018, par rapport à 2017. Même constat en observant les 10 dernières années.

Dans six cas sur dix, toutefois, les accidents ont lieu là où les piétons sont censés être en sécurité.

Sur les 250 collisions entre un piéton et un véhicule survenues en 2018, 160 personnes ont été blessées alors qu’elles traversaient correctement aux passages piétonniers. Seulement 48 accidents concernaient des piétons qui marchaient dans un endroit interdit.

Cette tendance a également été remarquée par l'inspecteur Christian Narbonne, de la police de Sherwood Park, à l’est d’Edmonton. « En 2017, nous avons eu 12 collisions avec des piétons qui ont provoqué des blessures graves. Sur ce nombre, 9 étaient à des passages piétons. »

L'inspecteur de police Christian Narbonne, de Sherwood Park, à la Conférence internationale sur la sécurité routière en milieu urbain à Edmonton le 22 août 2019.

Dans une collision entre un piéton et une voiture, le piéton sera toujours le perdant, rappelle l'inspecteur Christian Narbonne.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

« Les chances de survie d'un piéton qui se fait frapper par une voiture qui roule à 30 km/h sont de 85 %. Dès que la voiture roule à 50 ou 60 km/h, les chances de survie baissent à 10 % », précise-t-il.

Être vigilant, même sur les passages pour piétons

Si la vitesse des voitures joue un rôle évident, Christian Narbonne rappelle qu'il faut avoir un bon comportement en étant piéton en ville.

Dans une collision entre un piéton et une voiture, le piéton sera toujours celui perd le plus, rappelle le policier. « Les piétons doivent réaliser, chaque fois qu’ils traversent, que leur vie est en danger et qu’ils ne sont jamais totalement en sécurité. »

Regarder à gauche et à droite avant de traverser, même si le feu est vert pour les piétons, reste une règle de base, note l'agent.

À Calgary, le nombre de piétons blessés par un véhicule est également en baisse. Selon les données de Santé Alberta, le nombre de visites aux urgences à la suite d’une collision est passé de 582, en 2013, à 488, en 2017.

Alberta

Circulation