•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Viaduc partiellement effondré : le MTQ « sous-traite la sécurité du public »

Effondrement viaduc henri-IV rue Einstein

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Radio-Canada

Le ministère des Transports du Québec a abdiqué son rôle d'assurer la sécurité des chantiers de construction, dénonce l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec.

Au lendemain de l'accident de travail qui a fait trois blessés sur le chantier de l'élargissement de l'autoroute Henri-IV, le président de l'Association, Marc-André Martin, ne mâche pas ses mots.

Le gouvernement a sous-traité la sécurité du public au privé, a-t-il déclaré en entrevue à Radio-Canada.

M. Martin soutient que les ouvrages temporaires, comme les étaiements qui ont cédé dans le cas du pont d'étagement d'Henri-IV, ne sont pas soumis à une vérification du Ministère. On va déléguer ça à l'entrepreneur. [...] On se lave les mains, on se déresponsabilise.

Il prend pour preuve les incidents qu'il juge trop répétitifs, et qui se produisent selon lui année après année sur les chantiers. Il a notamment rappelé le cas d'un viaduc de l'autoroute Félix-Leclerc qui a cédé l'an dernier à Beauport, sous le poids de la machinerie. Mais on ne fait rien [au MTQ], a-t-il déploré.

M. Martin convient que les plans d'ouvrages temporaires doivent tout de même obtenir le sceau d'un ingénieur, y compris au privé. Il croit cependant qu'une surveillance accrue du Ministère, à chaque étape des chantiers, permettrait d'éviter un drame.

Mais avant de pouvoir y arriver, Marc-André Martin ajoute qu'il faudra rebâtir l'expertise au sein du Ministère.

Enquête en cours

Du côté du ministère des Transports du Québec, on préfère attendre de connaître la cause exacte de l'effondrement de la structure d'étaiement avant de commenter en substance.

Toutefois, la porte-parole Émilie Lord confirme qu'il revient à l'entreprise d'assurer la sécurité. Les compagnies ont des ingénieurs qui sont au dossier, qui certifient la sécurité des chantiers. [...] On reçoit les plans, on peut donner nos commentaires, mais la sécurité du chantier, c'est vraiment l'ingénieur au dossier qui doit s'assurer de la sécurité, a-t-elle expliqué.

Une enquête de la Commission sur les normes, de l'équité, la santé et la sécurité du travail (CNESST) est en cours actuellement afin de déterminer ce qui s'est produit hier soir.

L'entreprise responsable du chantier est EBC, qui a sous-traité le coffrage du pont d'étagement à LD Coffrage.

Québec

Industrie de la construction