•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le G7 au secours de l’Amazonie?

Une forêt en région montagneuse, d'où se dégage de la fumée.

Des feux de forêt de la Chapada dos Guimaraes, dans l'État du Mato Grosso, actifs vendredi.

Photo : Associated Press

Radio-Canada

L’Amazonie en péril en raison des feux et de la déforestation sera au cœur du sommet du G7 de Biarritz, en France, où les conseillers des chefs d'État « se mobilisent pour avoir des initiatives concrètes », selon l’Élysée.

Le sujet sera d’ailleurs parmi les principaux points du dîner informel du samedi soir, première réunion des chefs d'État et de gouvernement. Ce repas servira également de coup d'envoi du Sommet au plus haut niveau.

Plusieurs dirigeants ont déjà annoncé leurs couleurs, faisant écho au président français, Emmanuel Macron, qui déclarait, jeudi, sur Twiter : Notre maison brûle [...] L’Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20 % de notre oxygène, est en feu. C’est une crise internationale. Il lui a cependant été reproché d'avoir utilisé dans sa publication une photo datant d'il y a plusieurs années, donc sans rapport direct avec les feux de forêt actuels.

M. Macron a directement interpellé les membres du G7 pour parler de cette urgence.

Un message auquel le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a aussitôt répondu positivement, évoquant au passage le dernier Sommet du G7 à Charlevoix.

Angela Merkel a, elle aussi, abondé dans ce sens en faisant état d’une situation d'urgence aiguë.

La chancelière allemande est convaincue que le sujet doit figurer à l'ordre du jour des pays du G7 à Biarritz, a déclaré son porte-parole, Steffen Seibert.

Le soutien de Berlin et d’Ottawa intervient au moment où le président Macron et son homologue brésilien, Jair Bolsonaro, s’échangent des déclarations au ton acrimonieux.

Emmanuel Macron a ouvertement accusé vendredi le président Bolsonaro d'avoir menti sur ses engagements climatiques. Il reproche au président brésilien son inaction face au changement climatique, y compris sur les incendies.

La veille, M. Bolsonaro avait accusé M. Macron d'avoir une mentalité colonialiste. Il lui a reproché d’avoir déclaré que les incendies en Amazonie constituaient une crise internationale et appelé le G7 à en parler, en l'absence du Brésil.

Jair Bolsonaro est incapable de voir la réalité du changement climatique alors que l'Amazonie brûle sous ses yeux. Sa réaction face aux déclarations du président est de nier la réalité, dit Paris.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est déjà dit préoccupé par la situation en Amazonie.

Les données mises en avant par l'Institut national de recherche spatiale au Brésil (INPE) révèlent près de 2500 nouveaux départs de feu en l'espace de 48 heures dans l'ensemble du Brésil.

Pas moins de 75 336 feux de forêt ont été enregistrés dans le pays de janvier jusqu'au 21 août – 84 % de plus que durant la même période, l'an dernier – et plus de 52 % concernent l'Amazonie, précise l'INPE.

Avec les informations de Agence France-Presse

Feux de forêt

International