•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crimes haineux : « une erreur » force la police de Québec à revoir ses chiffres

Une autopatrouille du Service de police de la Ville de Québec sur les lieux d'un accident survenu sur le boulevard René-Lévesque en novembre 2017.

Une autopatrouille du Service de police de la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

Si la police de Québec soutenait que les crimes haineux étaient en baisse en 2018, les données de Statistiques Canada disent plutôt que la situation est stable. L'organisme fédéral rapporte trois fois plus d'incidents que la police.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) claironnait, au tournant de 2019. Il rapportait près de trois fois moins de crimes ou d'incidents haineux sur son territoire en 2018 par rapport à 2017.

Selon les données policières, quelque 85 crimes ou incidents haineux avaient été rapportés en 2017, année de la tuerie au Centre culturel islamique de Québec. Leur nombre a chuté à 27 l'année suivante, selon le SPVQ.

La police se targuait alors d'avoir appris de grandes leçons. On a été très fortement sensibilisés depuis [l'attaque de la mosquée]. [...] Ça a permis aux enquêteurs de voir ce qui pouvait être fait en amont et de ne pas attendre que survienne un crime, disait Dominic Gaudreau, capitaine au SPVQ.

Écart important

Pourtant, selon Statistiques Canada, ce sont plutôt 89 crimes ou incidents haineux qui se seraient déroulés à Québec en 2018, a constaté CBC News. C'est trois fois plus que ce qu'affirme la police.

Selon nos vérifications, les données de Statistiques Canada et du SPVQ concordent généralement. La dernière différence marquante entre les données remonte à 2014. La police rapportait 34 crimes haineux contre 50 pour l'organisme fédéral.

On voit rarement ce genre de disparité, a commenté Barbara Perry, directrice du Centre de recherche sur la haine et l'extrémisme à l'Université Ontario Tech.

« Erreur humaine »

Après avoir refusé de commenter l'affaire, le SPVQ a finalement fourni une réponse à CBC News.

À la suite d'une erreur humaine lors de l'extraction et l'analyse de données par un membre de notre organisation, une différence importante entre les chiffres de Statistiques Canada et nos chiffres a été générée, explique-t-on.

Le corps de police a assuré qu'il allait corriger la situation et mettre à jour ses statistiques.

Avec les informations de Catou MacKinnon

Québec

Crime haineux