•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Édith Butler intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs acadiens

Édith Butler en entrevue télévisée.

Édith Butler affirme que son entrée au Panthéon des auteurs et compositeurs est un honneur qui rejaillit sur toute l'Acadie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un autre honneur sera rendu à la grande dame de la chanson acadienne, Édith Butler, vendredi soir, lors du grand spectacle du Congrès mondial acadienne dont elle est l’une des têtes d’affiche.

Elle sera intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens, où elle rejoindra des groupes ou des artistes comme Beau Dommage, Félix Leclerc, Leonard Cohen et Joni Mitchell.

Elle sera la première artiste acadienne à recevoir cet honneur.

C’est la deuxième reconnaissance qu’elle reçoit pendant la durée du Congrès 2019, après le titre de chevalière de l’Ordre des arts et des lettres de la République de France qui lui a été remis le 19 août, à Moncton.

À 77 ans, elle considère que 2019 est son « année chanceuse », celle où toutes ses réalisations, pendant sa carrière de 55 ans, sont récompensées.

C’est probablement un des plus prestigieux prix qu’on peut avoir comme auteur-compositeur, dit-elle, à propos de son entrée au Panthéon des auteurs et compositeurs. Je suis très fière d’être là parce qu’il n’y a pas beaucoup de francophones qui sont au Panthéon.

Une spectacle qui retracera sa carrière

Vendredi soir, elle sera intronisée au Panthéon pendant le grand spectacle du Congrès où elle divisera sa prestation en deux parties : une première qui retrace les 10 premières années de sa carrière, lors desquelles elle puisait dans le répertoire folklorique acadien, et la deuxième, où les chansons qu’elle a composées par la suite, avec des auteurs comme Luc Plamondon et Lise Aubut, prendront toute la place.

Édith Butler et Lisa LeBlanc en prestation musicale.

Édith Butler en spectacle avec Lisa LeBlanc

Photo : Radio-Canada / Amélie Grenier

Elle est heureuse de participer une nouvelle fois au Congrès mondial acadien, un événement qui est devenu essentiel à l’Acadie, dit-elle.

S’il n’y avait pas le congrès mondial, ce serait comme une famille complètement décomposée. On ne connaîtrait pas les Acadiens du Poitou, du Texas, de la Louisiane même, on connaîtrait Zachary, mais pas tous les autres qui viennent, les Acadiens du Québec [...], ils viennent, ils sont à la recherche de leurs racines.

C’est d’ailleurs toute l’Acadie qui entrera avec elle au Panthéon, affirme-t-elle, puisque tout au long de sa carrière, et par ses chansons, elle a toujours eu le souci de faire connaître son coin de pays, sa culture et sa vitalité.

Je suis fière d’être Acadienne, j’ai toujours pensé que de se dire Acadienne, c’est comme faire partie d’une royauté, tellement je suis fière de ce peuple-là, tellement je trouve que sa culture est belle et florissante et avec tous les jeunes qui arrivent, qui sont des créateurs exceptionnels, l’Acadie, on dirait, explose de beauté.

Avec les informations de Fannie Bussières-McNicoll

Nouveau-Brunswick

Musique