•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hommage au soldat québécois dont le silence a (peut-être) permis de vaincre Hitler

Le premier ministre canadien Mackenzie King, le premier ministre britannique Winston Churchill, le gouverneur général du Canada Alexander Cambridge Earl of Athlone et le président américain Franklin Roosevelt à la conférence de Québec en 1943. En arrière-plan, le Château Frontenac et le fleuve Saint-Laurent.

Le premier ministre canadien Mackenzie King, le premier ministre britannique Winston Churchill, le gouverneur général du Canada Alexander Cambridge Earl of Athlone et le président américain Franklin D. Roosevelt à la conférence de Québec en 1943.

Photo : Imperial War Museum- wiki

Jean-François Nadeau

Les plans du débarquement de Normandie se sont retrouvés à Lac-Beauport 10 mois avant l'invasion qui a changé le cours de la Seconde Guerre mondiale. Par enthousiasme, mais sans savoir qu'il s'agissait de documents secrets, un militaire de la région les avait rapportés de la Conférence de Québec de 1943. Son histoire, qui en est une de loyauté, sera mise en valeur dans une exposition du Musée Royal 22e Régiment, à la Citadelle de Québec.

Durant la Conférence de Québec, Émile Couture, 25 ans, est chargé de la logistique. Il doit notamment s'assurer que les participants ont tout ce dont ils ont besoin.

L'événement est important. Il rassemble, à la Citadelle et au Château Frontenac, le premier ministre britannique Winston Churchill, le président américain Franklin D. Roosevelt et le premier ministre canadien William Lyon Mackenzie King, tous accompagnés de leur état-major.

En 1943, c'est la planification de la libération de l'Europe. On planifie le débarquement de Normandie. On partage aussi des innovations technologiques qui pourraient avoir une importance sur le cours de la guerre. On scelle d'une certaine manière le sort de l'Occident, explique le directeur et conservateur du Musée Royal 22e Régiment, Dany Hamel.

Il avait accès tant au Château Frontenac qu'à la Citadelle. Il avait accès notamment au 3e étage au Château Frontenac, là où se tenaient toutes les réunions, raconte la fille d'Émile Couture, Anne Couture.

La découverte

À la fin de la Conférence, on demande à Émile Couture de vider les chambres et les salles de réunion au Château Frontenac.

C'est à ce moment qu'il aurait trouvé deux documents classés top secret. Ne connaissant pas à ce moment leur importance, il les rapporte chez lui, à Lac-Beauport, comme souvenir de la Conférence de Québec.

Une fois à la maison, il consulte les fameux documents.

Il s'est rendu compte que c'étaient des documents hyper secrets, hyper confidentiels, hyper importants, dont notamment les plans d'invasion en Normandie, prévue pour juin 1944. La date y était. Il a vu l'inventaire de tout ce que les armées possédaient et combien d'hommes seraient déployés, et où. Il a eu très peur, mentionne Anne Couture.

Le lendemain, Émile Couture rapporte les documents et les remet à l'un de ses supérieurs, le brigadier Edmond Blais. Émile Couture est longuement interrogé par les autorités et on lui demande de garder le secret.

Quelques objets d'Émile Couture qui seront exposés.

Quelques objets d'Émile Couture qui seront exposés.

Photo : Radio-Canada

Expositions bonifiées

Quelque 76 ans plus tard, les proches du militaire québécois remettent au Musée plusieurs objets qui ont appartenu à Émile Couture, qui témoignent des conférences de Québec, de 1943 et de 1944, et de sa découverte des documents secrets.

C'est important à mes yeux et aux yeux de ma famille que l'histoire de mon père soit connue, parce qu'elle est très méconnue. S'il n'avait pas su garder le secret, qui sait ce qui aurait pu arriver, quand on sait que 10 mois avant, il savait qu'on allait débarquer en Normandie. Ce n'est pas rien , souligne Anne Couture.

Le débarquement de Normandie a permis aux Alliés de remporter la Seconde Guerre mondiale.

Si d'autres personnes ont peut-être aussi participé de près ou de loin à la découverte des documents, les proches d'Émile Couture et le Musée Royal 22e Régiment sont convaincus qu'il a joué un rôle majeur.

Honneurs

Émile Couture a d'ailleurs été décoré, en septembre 1944, de la médaille de l'Empire britannique pour services rendus.

Pour moi, il n'y a jamais, jamais eu de doute. Tout ce que j'ai apporté en témoigne, martèle Anne Couture.

Un fait marquant, c'est que la version des faits de monsieur Couture est entérinée par le brigadier Edmond Blais, un de ses supérieurs. Il était en charge de la région de Québec à l'époque. Le brigadier Blais va affirmer toute sa vie que les événements se sont vraiment passés, ajoute Dany Hamel.

Les objets entourant l'histoire d'Émile Couture et d'autres objets témoignant des conférences de Québec seront présentés au public à partir du 12 septembre, à l'occasion du 75e anniversaire de la Conférence de Québec de 1944.

Avec les informations de Julia Page

Québec

Conflits armés