•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident d'autobus à la station Westboro : la chauffeuse fait face à 38 chefs d'accusation

Le reportage d'Audrey Roy

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

La chauffeuse de l'autobus d'OC Transpo à deux niveaux qui est entré en collision avec un abribus de la station Westboro, à Ottawa, en janvier dernier fait face à une kyrielle d'accusations, plus de sept mois après l'accident.

Le Service de police d'Ottawa (SPO) a annoncé vendredi une série d'accusations, dont trois de conduite dangereuse causant la mort et 35 de conduite dangereuse causant des lésions, contre Aissatou Diallo, 42 ans, la chauffeuse de l’autobus.

Cette dernière s’est livrée aux mains de la police cet avant-midi.

Steve Bell répond aux questions des journalistes.

Steve Bell, chef intérimaire du Service de police d'Ottawa

Photo : Radio-Canada / Laurie Trudel

Le chef intérimaire du SPO, Steve Bell, a mentionné que l'enquête a été longue et complexe, durant plus de 200 jours. Les enquêteurs ont procédé à une reconstruction de la scène et à des entrevues avec environ 100 témoins.

Le chef Bell n'a pas précisé quels éléments de la conduite de la chauffeuse avaient été dangereux. Ces éléments seront évoqués lors du procès à venir.

Aujourd’hui est une journée difficile pour les familles des trois résident(e)s qui ont perdu leurs vies et tous ceux et celles qui ont été blessés dans cet accident tragique, a commenté le maire d'Ottawa, Jim Watson, par voie de communiqué. Mes pensées demeurent avec eux.

Ceci a été une expérience [traumatisante] pour plusieurs membres de notre communauté, incluant au sein de notre famille d’OC Transpo, a-t-il poursuivi.

Trois morts et 35 blessés

Lors de l’accident, 3 personnes ont été tuées et 35 autres ont été blessées, dont certaines ont subi des blessures qui ont entraîné des amputations, a précisé le SPO. Deux des trois personnes décédées dans l'accident se trouvaient à bord de l'autobus, tandis que la troisième attendait à l'arrêt d’autobus.

Bruce Thomlinson, 56 ans, Judy Booth, 57 ans, et Anja Van Beek, 65 ans, sont les personnes qui ont été tuées dans la collision.

Selon les policiers, l'autobus d'une capacité de 90 passagers était presque plein et c'était l'heure de pointe.

Aissatou Diallo a été arrêtée sur les lieux et interrogée avant que la police ne la libère plus tard dans la soirée.

Le chef de police d'Ottawa, Charles Bordeleau, avait prévenu la population que l'enquête serait longue. Ses policiers ont questionné de nombreux témoins, dont tous les passagers de l'autobus, et visionné plusieurs vidéos.

Le SPO a confirmé qu'il n'y aura pas d'autres accusations dans le dossier, ni pour la Ville d'Ottawa, ni pour OC Transpo.

La responsabilité d'OC Transpo

Par ailleurs, la chauffeuse avait été impliquée dans une autre collision quelques semaines avant l'accident tragique. Dans ce contexte, le transporteur public devrait aussi prendre des actions concrètes pour éviter qu'une telle situation se reproduise, croit le groupe Usager du transport en commun d'Ottawa.

Même si la Ville d'Ottawa et OC Transpo ne font pas face à des chefs d'accusation concernant cet accident-là, l'historique de la conductrice est matière à réflexion, a jugé Anne-Marie Roy, membre du groupe d'usagers.

Je pense que la Ville, OC Transpo et le syndicat qui représente les conducteurs d'autobus doivent réfléchir aux mécanismes et aux processus en place.

Anne-Marie Roy, membre du groupe Usagers du transport en commun d'Ottawa

Une survivante de l'accident, Kathryn Rose, souhaite aussi du changement. Le toit de la station Westboro est encore en un morceau, alors qu'il a enfoncé le haut de l'autobus comme si c'était du beurre. Quelque chose doit être fait. Je ne sais pas si le toit doit être refait dans un autre matériau ou s’il faut qu’il soit plus haut, a dit celle qui croit que les accusations portées contre la conductrice ne sont pas réconfortantes pour les survivants et les proches des victimes de l'accident.

Mme Rose, l'air triste, de profil.

Kathryn Rose a vu les deux personnes en face d'elle être propulsées hors d'un autobus à deux étages d'OC Transpo, le 11 janvier 2019. Aujourd'hui, elle n'ose plus regarder les autobus à deux étages.

Photo : CBC

Mme Rose fait partie d'un recours collectif intenté contre OC Transpo. Celle qui se trouvait au deuxième étage de l'autobus au moment de l'accident, juste derrière les personnes qui y ont laissé leur vie, dit maintenant souffrir de syndrome de stress post-traumatique.

J'ai de la difficulté à monter dans les autobus, j'ai des cauchemars, des flashbacks et de l'anxiété. Mais après huit mois, ça va de mieux en mieux, a témoigné la fonctionnaire.

Avec les informations d'Audrey Roy et d'Ashley Burke

Ottawa-Gatineau

Accidents et catastrophes