•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Est-il temps de revoir la formule du Congrès mondial acadien?

Le Tintamarre le 15 août 2019 à Dieppe, au Nouveau-Brunswick, en plein Congrès mondial acadien.

Le Tintamarre le 15 août 2019 à Dieppe, au Nouveau-Brunswick, tenu en plein Congrès mondial acadien.

Photo : Radio-Canada / Emmanuelle Robinson

Radio-Canada

Des voix remettent en question ce qu’ils décrivent comme une « folklorisation » du Congrès mondial acadien centré sur des spectacles et des réunions de famille. D’autres s’interrogent sur la pertinence et la portée des espaces de discussions qu’on y aménage.

En projetant une image qui ne s'en tient qu'à des réunions de famille et à des spectacles, on folklorise un peu l'Acadie, déclare une professeure de sociologie à l'Université de Moncton, Michelle Landry.

Michelle landry dans les locaux de Radio-Canada à Moncton en entrevue devant la caméra.

La sociologue de l'Université de Moncton, Michelle Landry.

Photo : Radio-Canada

Un forum populaire comme le Grand Parle-ouère, qui a réuni plus de 200 personnes du 18 au 20 août à Moncton dans le cadre du Congrès mondial acadien (CMA), sert à son avis de contrepoids souhaitable à cette « folklorisation ».

Cette dimension de réflexion et de discussion amène, justement, un aspect plus social et politique au Congrès mondial acadien, croit Mme Landry.

Évacuer la dimension réflexive, les cercles de discussion, les volets conférences, ce serait encore plus folkloriser l'Acadie.

Michelle Landry, professeure de sociologie à l'Université de Moncton

L’élément réflexif au Congrès mondial acadien n’est, malgré les efforts, pas assez présent, selon le directeur général de l'Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques, au Nouveau-Brunswick, Éric Forgues.

Éric Forgues en entrevue

Éric Forgues, directeur général de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques.

Photo : Radio-Canada

Le rêve de décloisonner un forum comme le Grand Parle-ouère, de le sortir de sa dimension académique et d’en faire une réelle tribune populaire à laquelle tous peuvent participer n’est pas encore achevé, selon lui. Les forums ne sont, pense-t-il, peut-être pas assez populaires et il reste difficile de faire concurrence avec les réunions de famille ou les spectacles.

Il y a une volonté de rendre l'événement populaire, que les gens qui viennent dans les réunions de famille puissent avoir un intérêt à venir aussi discuter de l’avenir de l’Acadie, souligne-t-il. Le défi, c’est d’attirer ces gens-là et on peut le constater, on n’a pas tout à fait réussi.

Le Grand Parle-ouère, cette semaine, a eu lieu à l’Université de Moncton, où il gardait peut-être encore trop ses airs de colloque académique. M. Forgues suggère de le sortir des murs de l'institution.

L'historien Maurice Basque prends une photo lors d'un passage en studio.

Maurice Basque, historien et professeur à l'Université de Moncton.

Photo : Radio-Canada

L’historien Maurice Basque, quant à lui, ne croit pas que le Grand Parle-ouère a su faire sa place au milieu des festivités du CMA. Il n'y a pas le même engouement, le même engagement collectif que dans les autres espaces, dit-il.

Le Congrès, c'est toujours une réussite dans la dimension culturelle, affirme M. Basque. Je prône toujours le fait qu'on devrait détacher la dimension réflexion du Congrès parce que les gens, dans leur majorité, ne viennent pas pour ça.

Le Congrès [mondial acadien], c'est surtout un événement festif, convient Éric Forgues. Ça ressemble davantage à un festival qu'à un véritable congrès.

Un congrès qui ne garderait que l’aspect festif ne serait pas nécessairement mal, affirme-t-il, mais il apporte un bémol.

Il y a un danger que ça devienne uniquement ça, estime le chercheur. Si ça ne devient que ça, on ne dépend que de la culture pour survivre. Ce n'est pas suffisant. Ça prend des outils politiques, ça prend des outils de mobilisation, d'engagement, pour assurer l'avenir, l'épanouissement, le développement de la communauté dans toutes ses dimensions.

Éric Forgues dit avoir participé à des consultations sur l’évolution de la formule du Congrès mondial acadien. Certaines recommandations qui ont été faites, espère-t-il, seront envisagées pour le CMA subséquent.

Le Congrès mondial acadien 2019 se termine samedi dans le sud-est du Nouveau-Brunswick. C’est donc un CMA réinventé que l’on pourrait voir lorsqu’il se déroulera dans les régions acadiennes du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, à l’été 2024.

D’après le reportage de Margaud Castadère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Francophonie