•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'entreprise Acier Orford au bord de la faillite

Image de l'avis de la proposition aux créanciers.

Radio-Canada a appris que l'entreprise Acier Orford est aux prises avec des dettes de plus de 35 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'entreprise Acier Orford est au bord de la faillite. Radio-Canada a appris que l'entreprise spécialisée dans la fabrication et l'installation d'armature métallique, basée à Sherbrooke, est aux prises avec des dettes de plus de 35 millions de dollars.

L’entreprise espère maintenant que ses 163 créanciers non garantis accepteront sa proposition effectuée en vertu de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. Sans quoi, ça pourrait être la fin pour l'entreprise de Sherbrooke, qui emploie plus de 150 personnes. 

D'après la définition du Bureau du surintendant des faillites Canada, un créancier non garanti est un créancier qui accorde un crédit sans bénéficier d'une garantie constituée sur un bien pour la somme qui lui est due.

Fondée par René Marquis et Manon Labonté, Acier Orford existe depuis plus de 25 ans. Les deux propriétaires ont refusé notre demande d'entrevue à la caméra, mais ont tout de même accepté de parler avec notre journaliste. Ils n’ont pas été en mesure d’expliquer comment l'entreprise s'est retrouvée avec 35 369 329 dollars de dettes. Eux-mêmes, ils cherchent encore à comprendre, rapporte notre journaliste.

Les créanciers devront décider ensemble s'ils acceptent ou non l'offre qui leur sera faite mardi prochain, lors de la première assemblée. L’offre est de vendre au Groupe Dallaire de Québec, le principal créancier non garanti, les créances de l'entreprise au coût de 200 000 dollars. Acier Orford doit plus de 10 millions $ à Groupe Dallaire.

En ce qui concerne les employés, Radio-Canada n’a pas pu s’entretenir avec eux. Une rencontre devait avoir lieu jeudi après-midi d’après l’entreprise. Pour l'instant, les propriétaires d’Acier Orford avancent que rien ne change par rapport à la production. Ils disent toujours honorer leurs contrats.

Avec les informations de Mélissa Fauteux

Estrie

Affaires