•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De jeunes Acadiens retournent à la terre

Guy Gautreau, propriétaire de la Ferme Jolivent.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

On dit qu’il est souvent difficile pour les agriculteurs de trouver de la relève. Mais dans la région de Memramcook, au Nouveau-Brunswick, on sent un regain d’intérêt pour le domaine agricole chez une nouvelle génération de jeunes passionnés.

Guy Gautreau, propriétaire de la Ferme Jolivent, ne se prédestinait pas à une carrière d’entrepreneur agricole. Il a fait le choix de la campagne au début de la trentaine.

Guy Gautreau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Guy Gautreau, propriétaire de la Ferme Jolivent à Memramcook.

Photo : Radio-Canada / Mariève Bégin

Pour moi, habiter en campagne voulait aussi dire prendre avantage du sol et des ressources autour de nous autres. On voulait vraiment commencer un projet agricole. Finalement, on s'est décidé de se consacrer surtout aux arbres fruitiers, surtout la poire, raconte-t-il.

Ça semblait rencontrer mes intérêts de philosophie de vie, mais aussi le côté pratique - de se donner un défi et un casse-tête qui stimule beaucoup.

Patrick LeBlanc dans l'étable avec des vaches en arrière.

Patrick LeBlanc, de la Ferme Willie A. LeBlanc & fils, à Memramcook au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Mariève Bégin

J'ai essayé d'autres choses, raconte Patrick LeBlanc, un travailleur de troisième génération à la Ferme Willie A. LeBlanc & fils.

Je suis devenu mécanicien, j'ai fait ça pour une couple d'années. J'ai aimé ça, mais on dirait pas assez pour vraiment sortir d'ici à tout jamais. Ça fait que j'ai décidé de revenir, puis je n'ai pas regretté ma décision.

Julie Aubé devant son jardin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Julie Aubé.

Photo : Radio-Canada

Julie Aubé n'est pas agricultrice. Du moins, pas encore... Cette année, j'ai planté pas mal de stock, constate la musicienne membre du groupe Les Hay Babies, qui se passionne pour le jardinage depuis deux ans. 

C'est plutôt pour moi-même, pour la durée de l'hiver, dit-elle en faisant admirer son important potager. C'est pas pour vendre, mais ça me fait plaisir tout le temps de faire des sacs d'épicerie pour mes amis.

Samuel Bourgeois, directeur des opérations aux Vergers Belliveau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Samuel Bourgeois, directeur des opérations aux Vergers Belliveau.

Photo : Radio-Canada

J'ai voulu rester sur la ferme. À 18 ans, mon père m'a dit qu'il fallait que je sorte d'ici, se souvient Samuel Bourgeois, directeur des opérations aux Vergers Belliveau. J'ai été pour un autre emploi.

Ça m'a surement rouvert les yeux, affirme-t-il. C'est sûr que j'ai eu un an, un an et demi de questionnement, mais à part de ça, je suis fier d'être revenu ici.

D'après le reportage de Mariève Bégin

Nouveau-Brunswick

Agriculture