•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Algonquins demandent un moratoire sur la chasse à l'orignal dans la réserve faunique La Vérendrye

Femelle orignal mangeant sur le bord de la route dans le parc de la Gaspésie.

Femelle orignal (archives)

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Emily Blais
Tanya Neveu

La nation algonquine demande un moratoire sur la chasse à l'orignal dans la réserve faunique La Vérendrye dès cet automne.

Les représentants autochtones sont préoccupés par une baisse possible de la population d'orignaux dans la réserve faunique La Vérendrye et exigent des mesures immédiates de la part du gouvernement du Québec.

Les membres demandent un décompte complet de la population d'orignaux, veulent un moratoire sur la chasse sportive dès cette saison et un plan de gestion élaboré conjointement.

Lucien Wabanonik, porte-parole de la nation algonquine, est préoccupé par le déclin important du nombre d'orignaux observé par les membres de la nation algonquine depuis plusieurs années.

Informer et faire réagir le gouvernement, c'est la première chose. Les autres points, selon la réaction du gouvernement, on agira en conséquence. Il y a des choses qui peuvent être faites de différentes façons, mais nous, nos actions seront toujours faites de façon pacifique et respectueuse, il faut le noter. C'est le gouvernement qui doit nous rencontrer dans les meilleurs délais et convenir à une rencontre, explique-t-il.

Pas de moratoire en septembre, répond le ministre Dufour

Les demandes ont été exprimées le 16 août au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour.

À quelques semaines de l'ouverture de la chasse, il affirme que le moratoire est difficilement envisageable.

Pierre Dufour parle durant un point de presse.

Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs (archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Il compte toutefois travailler avec les communautés pour évaluer s'il y a bel et bien un enjeu dans ce secteur.

Moi, je pense qu'on adresse la situation présentement. Le ministère est avec nous là-dedans, le chef de cabinet. Mon équipe de travail, avec le ministère, regarde les possibilités de faire quelque chose. De demander ça au ministre le 16 août juste avant la période de la chasse... je pense qu'un moment donné, il faut être logique dans le type de demande qu'on fait au politique, a-t-il renchéri.

Une rencontre serait prévue entre les deux parties pour le 28 août prochain.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale