•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vérification des faits : 30 ans de budgets PC et NPD décryptés

Le Golden Boy surplombe le Palais législatif du Manitoba sur fond de coucher de soleil.

Photo : Radio-Canada

Thibault Jourdan

La réduction du déficit budgétaire a été le cheval de bataille du gouvernement progressiste-conservateur au cours de son mandat. Brian Pallister promet d'ailleurs de rétablir l'équilibre d'ici 4 ans si son parti est élu pour un second mandat. Il accuse souvent les néo-démocrates de dilapider l'argent public. Pour y voir plus clair et vérifier ces déclarations, Radio-Canada a analysé 30 ans de budgets provinciaux. On vérifie les faits pour vous, pour vous aider à démêler le vrai du faux.

Entre 1988 et 2019, les progressistes-conservateurs ont été au pouvoir pendant 15 ans (1988-1999, puis 2016-2019), et les néo-démocrates, pendant 17 ans (1999-2016).

Sur les 32 budgets provinciaux analysés, seuls 13 ont été excédentaires. Cela a été le cas entre 1995 et 2002, puis entre 2004 et 2009.

Dans le détail, les progressistes-conservateurs ont affiché 4 budgets excédentaires, contre 8 pour les néo-démocrates.

On remarque, par ailleurs, que les déficits se sont creusés jusqu’au milieu des années 1990, pendant le mandat de Gary Filmon, avant d’afficher de modestes excédents.

Quant aux néo-démocrates, ils affichent en 2011-2012 un gros déficit de plus de 1 milliard de dollars, essentiellement dû aux inondations catastrophiques qui ont frappé la province en 2011.

Pendant le mandat de Brian Pallister, les déficits sont en forte et régulière diminution depuis le budget 2016-2017.

Le gouvernement sortant prévoit d’ailleurs de ramener le déficit à 360 millions de dollars dans son dernier budget. Cette prévision pourrait cependant dérailler.

Le Conference Board du Canada a, en effet, publié une mise à jour économique pour le Manitoba dans laquelle il anticipe une progression du PIB provincial de seulement 0,5 % en 2019. C'est loin des 1,7 % sur lesquels tablait le gouvernement progressiste-conservateur dans son dernier budget.

Des économies pour les Manitobains?

Les progressistes-conservateurs le répètent à cor et à cri depuis leur élection en 2016 : ils sont les mieux placés pour permettre aux Manitobains d’économiser de l’argent. Le gouvernement de Brian Pallister a d’ailleurs mis en place de multiples réductions d’impôts ces quatre dernières années.

Dès son arrivée au pouvoir, le PC a indexé les tranches d'impôts et le montant personnel de base sur l'inflation. Entre 2017 et 2019, cette mesure aurait permis aux Manitobains d’économiser de quelques dizaines à quelques centaines de dollars, selon les informations contenues dans le budget 2019.

Le gouvernement a aussi fini par mettre en place une promesse de longue date, en réduisant de 1 point de pourcentage la taxe de vente provinciale (TVP). Cette mesure, entrée en vigueur le 1er juillet, fera économiser quelques dizaines ou plusieurs centaines de dollars aux Manitobains.

Mais moins d’impôts pour les Manitobains, cela veut dire aussi moins d’argent dans les caisses de la province. Ces mesures ont un coût non négligeable pour le Manitoba.

Ainsi, toujours selon le budget 2019, les trois mesures citées ci-dessus vont coûter au total plus 350 millions de dollars à la province.

La province va, par exemple, percevoir 325 millions de dollars de moins pour une année fiscale complète à la suite de la diminution de la TVP, quand l'indexation des tranches d'impôts et du montant personnel de base sur l'inflation va lui coûter 36,4 millions de dollars.

À cela s’ajoutent, bien évidemment, divers autres réductions et crédits d’impôts octroyés à certaines catégories de la population, comme les aînés, ainsi qu’aux entreprises.

Il reste que, si la province donne de l’argent aux Manitobains, elle doit forcément en reprendre d’une certaine manière. C’est pour cela que certains crédits d’impôt ont été supprimés.

Cela a été le cas du crédit d'impôt pour soignant primaire, qui a permis de rapporter 8,6 millions de dollars dans les caisses de la province, ou encore du remboursement de l'impôt sur les frais de scolarité, qui a permis au Manitoba de récupérer 53 millions de dollars.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 au Manitoba

Manitoba

Politique provinciale