•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois nouveaux cas de légionellose déclarés à Moncton

Le Dr Yves Léger en conférence de presse.

Le Dr Yves Léger affirme que l'éclosion de légionellose dans la région de Moncton n'est pas terminée.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Radio-Canada

La Santé publique du Nouveau-Brunswick confirme trois nouveaux cas de légionellose à Moncton.

Ils s'ajoutent aux neuf cas confirmés depuis le début du mois, ce qui porte le total à 12, tous décelés dans l'ouest de la ville.

En conférence de presse jeudi, le médecin-hygiéniste Yves Léger a affirmé que l'éclosion de cette maladie n'est pas terminée, puisque sa période d'incubation est de 28 jours.

La légionellose s'apparente à la pneumonie. Ceux qui la contractent peuvent éprouver des problèmes respiratoires et des symptômes tels que de la fièvre, des frissons, une toux, de l'essoufflement, des douleurs musculaires et des maux de tête.

Selon le Dr Léger, les 12 personnes ayant jusqu'ici reçu un diagnostic de légionellose ont toutes été hospitalisées, mais elles se portent mieux.

Il a déclaré que la source de la maladie a peut-être été déterminée, mais n'a pas voulu la révéler puisque l'enquête n'est pas terminée.

La légionellose est causée par une bactérie qui vit dans les sources d’eau naturelles, comme les étangs, et les réseaux d’eau artificiels, dont les climatiseurs et les spas.

Elle se propage lorsque des gouttelettes provenant de sources d'eau infectées sont inhalées.

Dans le passé, des climatiseurs et tours de refroidissement mal entretenus ont été mis en cause. De tels systèmes ont été examinés dans le cadre de l'enquête de santé publique, mais l'absence d'un registre permettant de les localiser a compliqué le travail des enquêteurs, selon le Dr Léger.

Avoir un registre fera probablement partie de nos recommandations [au terme de l'enquête], a-t-il conclu.

Avec les renseignements de Michel Nogue

Nouveau-Brunswick

Santé publique