•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrice Coquereau conclut sa longue marche contre l'anxiété à Rimouski

Le député Harold Lebel pose sa main sur l'épaule de Patrice Coquereau, pendant que le maire de Rimouski, Marc Parent, le député Guy Caron et des curieux regardent le comédien qui s'exprime devant une caméra.

Le comédien souhaite amasser des fonds pour Phobies-Zéro, un groupe de soutien et d'entraide pour les gens souffrant de troubles anxieux dont il est porte-parole.

Photo : Radio-Canada / Laurence Gallant

Radio-Canada

Après 570 kilomètres de marche, le comédien et conférencier Patrice Coquereau est arrivé à Rimouski, sa destination finale, jeudi matin. Un long périple à pied pour sensibiliser la population aux troubles anxieux.

Patrice Coquereau se dit fier et « gonflé à bloc » au terme de cette aventure commencée à Longueuil il y a six semaines, et qui lui a permis de rencontrer la population et d'échanger avec des gens à propos de l'anxiété.

Également porte-parole de l'organisme Phobies-Zéro, il croit que son initiative a eu des répercussions citoyennes significatives. Ça a un gros impact déjà, on le voit, ça correspond à un besoin dit-il. C’est la raison pour laquelle ça touche autant de gens, ajoute le comédien.

C’est le début, je n’irai pas me coucher, j’ai vraiment l’intention de continuer!

Patrice Coquereau, comédien
Patrice Coquereau devant quelques personnes à son arrivée à Rimouski le 22 août 2019.

Le comédien Patrice Coquereau a souffert durant plusieurs années d’anxiété. Il a marché 570 km et a invité les gens à l’accompagner dans son périple de sensibilisation à ce genre de trouble qui touche une partie de la population.

Photo : Radio-Canada

Son projet a aussi permis de recueillir des témoignages sonores et visuels.

Patrice Coquereau compte produire un documentaire à partir de ces rencontres faites le long du chemin, entre Longueuil et Rimouski.

D'après les informations de Laurence Gallant

Bas-Saint-Laurent

Santé mentale