•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interdiction d'entrer aux É.-U. pour avoir apporté de l'huile de CBD à la frontière

Une pancarte installée par l'Agence des services frontaliers du Canada avise les voyageurs de ne pas traverser la frontière américaine avec du cannabis.

Une pancarte installée par l'Agence des services frontaliers du Canada avise les voyageurs qu'ils ne doivent pas traverser la frontière américaine avec du cannabis.

Photo : Radio-Canada / Remi Authier

Radio-Canada

Une jeune Canadienne fait face à une interdiction à vie d'entrer aux États-Unis après que les services frontaliers américains ont trouvé de l’huile de CBD, ou cannabidiol, dans son sac à dos. Elle utilise ce produit non psychoactif du cannabis pour soigner les effets secondaires de la scoliose.

La femme, qui veut garder l’anonymat en attendant le résultat d'une demande d'entrer aux États-Unis, est la plus récente Canadienne à avoir des problèmes à la frontière depuis la légalisation du cannabis au Canada, l’an dernier.

Des milliers de Canadiens se sont vu refuser l’entrée aux États-Unis après avoir avoué qu'ils avaient consommé de la marijuana une fois dans leur vie. D’autres ont reçu une interdiction à vie d'entrer au pays pour avoir apporté des produits de cannabis jusqu'à la frontière.

Certains États américains permettent la consommation de cannabis, mais la possession de la drogue demeure un crime, et le cannabis est considéré comme une substance contrôlée par le gouvernement fédéral américain.

La frontière est de compétence fédérale.

Un flacon d'huile de CBD devant des feuilles de cannabis séchées.

L'huile de CBD, un produit de cannabis non psychoactif, est tout aussi interdite à la frontière américaine que le cannabis ou les autres produits dérivés de la marijuana.

Photo : BC Cannabis Stores

Après avoir été interpellée pour une vérification secondaire à Blaine, dans l’État de Washington, la fin de semaine dernière, la femme s'est vu demander par les agents frontaliers si elle avait des feuilles vertes en sa possession. Selon elle, ils n’ont pas dit le mot cannabis.

J’ai dit non parce que pour moi, “feuilles vertes”, ça veut dire de la marijuana, le bourgeon, les choses qu'on peut fumer, les drogues récréatives. J’utilise de l'huile de CBD quotidiennement et ce n’est pas psychoactif, je ne peux pas me droguer avec les doses qui me sont prescrites.

Lors de leur fouille, les agents ont trouvé une bouteille d’huile de CBD, que la femme pensait pouvoir légalement transporter aux États-Unis, puisque le produit est légal en Colombie-Britannique, de même que dans l’État de Washington.

Tous les produits de cannabis interdits aux États-Unis

Un avocat expert en immigration, Len Saunders, explique que cette simple omission pourrait lui occasionner l'interdiction d’entrer à vie aux États-Unis.

Il semble y avoir beaucoup de confusion chez les Canadiens qui entrent aux États-Unis en ce qui concerne le CBD et le THC et tous les dérivés de la marijuana, dit M. Saunders, qui travaille à Blaine. Selon mon expérience, n’importe quelle substance qui provient de la marijuana, même si c’est une huile ou un bonbon, peut mener à des contraventions, l'interdiction d'entrer au pays, voire l'interdiction à vie.

L’avocat ajoute que, même si cette Canadienne obtient une dérogation, il lui faudra la renouveler chaque année, tous les deux ans ou tous les cinq ans.

Elle a dû payer une amende de 500 $ pour n’avoir pas déclaré qu'elle possédait de l'huile et a dû laisser les agents douaniers prendre ses empreintes digitales.

La demande d'entrée aux États-Unis pour les personnes qui se voient refuser l'accès au pays coûte 600 $. Le processus nécessite également une vérification de casier judiciaire effectuée par la Gendarmerie royale du Canada, des lettres de recommandation, une lettre où il faut se repentir pour ses torts, une attestation d’emploi et des documents détaillant ses antécédents professionnels et résidentiels.

Un porte-parole des services douaniers américains (U.S. Customs and Border Protection) dit que c'est aux voyageurs de connaître la loi américaine concernant l'huile de CBD avant de se rendre à la frontière.

D'après un texte de John Paul Tasker, CBC News

Colombie-Britannique et Yukon

Drogues et stupéfiants