•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 150 citoyens à l'assemblée publique de la STTR

Près de 150 personnes ont assisté mercredi soir à l'assemblée publique de la Société de transport de Trois-Rivières.

Près de 150 personnes ont assisté mercredi soir à l'assemblée publique de la Société de transport de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Catherine Bouchard

Catherine Bouchard

Près de 150 personnes se sont déplacées mercredi soir pour l’assemblée publique de la Société de transport de Trois-Rivières (STTR). Les usagers ont présenté de très nombreuses remontrances à l’égard des modifications du réseau de transport en commun, effectives depuis le 7 juillet.

Les citoyens présents étaient nombreux à vouloir faire entendre leur voix lors de l’assemblée publique de la STTR. Les réactions étaient vives lors des différentes interventions.

Les gens applaudissaient lors des interventions de chacun des citoyens.

Je voulais juste comprendre l’autobus de la ligne 4, qui part du nord de la ville et se rend au centre-ville. Je ne comprends pas pourquoi elle ne passe pas par l’Université du Québec à Trois-Rivières, souligne Céline Samson qui a mentionné avoir une difficulté visuelle. Je me suis adaptée au réseau d’autobus, mais là, ça devient vraiment compliqué.

Plusieurs citoyens ont fait des plaintes à l'effet que les horaires ne sont toujours pas installés sur certains arrêts et que la nouvelle façon de vérifier l’horaire est complexe.

Vos nouvelles pancartes d’autobus, elles sont très belles, mais est-ce qu'elles sont placées un peu partout, n’importe comment, questionne Jean-Claude Bouchard? Ce dernier souligne qu’une pancarte était placée devant son entrée de stationnement résidentiel.

Alors que le réseau devait être amélioré pour les étudiants, certains ont exprimé des problèmes liés aux nouveaux horaires d’autobus.

Je pars du Cap-de-la-Madeleine, je vais au centre-ville, je retourne au Cap. Je ne sais pas si c’est normal, ironise Camille Côté, étudiante au Collège Ellis. Selon elle, son trajet est passé de 25 minutes à 1 h 30.

Ça fait quatre ans que j’utilise l’autobus pour me rendre au cégep. J’habite dans le secteur de Saint-Louis-de-France. Je n’avais pas de problèmes avant les modifications. [...] Maintenant, j’arrive soit 30 minutes en retard à mes cours ou une heure d’avance, soutient Judith Rivard, étudiante au Cégep de Trois-Rivières.

Le président de la STTR, Luc Tremblay, a martelé tout au long de la soirée que des améliorations demanderaient du temps. Il a aussi réclamé des usagers de déposer des requêtes, dans l’indignation généralisée des citoyens présents, qui eux, soutiennent que leurs demandes sont restées lettres mortes.

Avant de modifier notre réseau, on a eu des consultations publiques, on les a écoutées. Là, il faut qu’on l’améliore. On le sait tous pour le centre commercial les Rivières, on le sait tous pour les correspondances et pour la longueur des trajets, souligne Luc Tremblay.

Centre commercial Les Rivières

La Fédération de l'âge d'or du Québec (FADOQ), réclame le retour d'un arrêt au centre commercial Les Rivières. C’est un point fréquemment revendiqué par plusieurs citoyens.

L’autobus était pour nous une façon de briser notre isolement, de socialiser, président de la FADOQ de la Mauricie, Yves Bouchard.

Plusieurs aînés déplorent le changement vers les pôles d’enseignement supérieur. On a désavantagé les personnes âgées pour les étudiants, déplore une citoyenne.

D’autres mentionnent qu’à certains égards, la marche est devenue plus rapide sur certains trajets modifiés.

Il semble que le réseau est en turbulence. Je prenais l’autobus à Trois-Rivières. Depuis le 7 juillet, je ne prends plus mon autobus. Je marche et je suis plus rapide à la marche qu’avec l’autobus, estime Michel Arsenault.

Le développement Trois-Rivières sur Saint-Laurent, avec les nouvelles résidences pour aînés, n’a actuellement aucun arrêt d’autobus, ce qu’a déploré un citoyen lors de la rencontre.

Le nouveau plan de la Société de Transport de Trois-Rivières est entré en vigueur dimanche.

Le nouveau plan de la Société de Transport de Trois-Rivières est entré en vigueur dimanche.

Photo : Radio-Canada / Anne Andrée Daneau

Vous n’avez pas amélioré le réseau, vous l’avez modifié, martèle Hélène Gauron, la responsable du comité citoyen du transport de Trois-Rivières.

Plusieurs citoyens ont même haussé le ton.

À l’ère environnementale, j’espère que vous allez améliorer votre transport, car les jeunes vont aller chercher un permis de conduire et une voiture, martèle Nancy Beauregard.

Est-ce que vous allez combler le trou de deux heures sans service sur certains circuits, a questionné Cécile Margouiller.

Luc Tremblay a mentionné que la STTR était déjà au courant de la problématique et tentait de la régler, mais que cela prendrait du temps.

Le conseiller municipal Claude Ferron souligne que les pôles de déplacements les plus significatifs sont autour des centres universitaires et collégiaux. Est-ce qu’il peut être amélioré, est-ce qu’il peut être bonifié, assurément, conclut M. Ferron.

Mauricie et Centre du Québec

Transport en commun