•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus en plus de maisons vides au pays

Plusieurs maisons regroupées.

Le taux d’inoccupation des maisons au Canada est passé de 7,8% en 2001 à 8,7% en 2016.

Photo : Radio-Canada / Rafferty Baker

Miguel Lachance

Selon une étude de Point2Homes, un site d’annonces immobilières, il y avait en 2016 environ 1,34 million de maisons vides ou occupées de façon temporaire. L'analyse utilise des données compilées par Statistique Canada.

Selon la même étude, le taux d’inoccupation des maisons au pays est passé de 7,8 % en 2001 à 8,7 % en 2016.

Plusieurs raisons peuvent expliquer une hausse des taux d’inoccupation, souligne François Des Rosiers, professeur titulaire au département de finance, assurance et immobilier de l’Université Laval.

Mais en définitive, on en revient toujours à la question de l’offre et de la demande, précise-t-il.

Une hausse démographique (ou des revenus) peut éventuellement s’accompagner d’une hausse du taux d’inoccupation des logements si l’offre excède la demande, par exemple.

François Des Rosiers, professeur titulaire au département de finance, assurance et immobilier de l’Université Laval

Toronto, qui compte 66 000 maisons vides selon l’étude, connaît une légère diminution du taux d’inoccupation des maisons, passant de 5,9 % en 2006 à 5,6 % en 2016.

Cette baisse est survenue avant l'imposition en 2017 d'une taxe de 15 % pour l'achat d'une maison par des acheteurs étrangers.

La spéculation par les investisseurs et les locations à court terme seraient les principales causes des maisons vacantes dans la métropole ontarienne, note Point2Homes.

En Ontario, c’est la ville de North Bay qui a vu la plus grande augmentation proportionnelle de son taux d’inoccupation entre 2006 et 2016, passant de 5,2 % à 8,8 %.

La situation dans cette ville du Nord de la province peut s’expliquer en partie par la baisse démographique, alors que North Bay a perdu presque 2500 habitants au cours de la même période.

François Des Rosiers avance que la fermeture des installations de Bombardier Aéronautique à North Bay, en 2015, peut avoir eu une influence sur la demande résidentielle et expliquer en partie la hausse du taux d’inoccupation.

De son côté, la conseillère municipale de North Bay Johanne Brousseau affirme que l’étude compte notamment dans ses statistiques les résidences des « snowbirds », ces résidents qui passent l’hiver dans le Sud.

Si ta maison n’est pas occupée pendant une couple de mois, elle est considérée comme vacante, explique-t-elle.

Une femme avec un manteau et des cheveux blancs

Johanne Brousseau est conseillère municipale à North Bay.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Mme Brousseau raconte aussi que beaucoup de Torontois ont acheté des chalets à North Bay dans les dernières années et que ces résidences secondaires sont également comptées dans le taux d’inoccupation.

Il y a, selon elle, très peu de maisons à vendre à North Bay et le marché immobilier est dynamique.

Selon Mme Brousseau, il en a eu une hausse de 9,2 % des ventes de maison en juillet 2019 par rapport à la même période l’an dernier.

Ailleurs dans la province

En Ontario, outre à North Bay, des hausses du taux d’inoccupation sont entre autres survenues à Milton (de 2,5 % en 2006 à 3,6 % en 2016), Waterloo (de 9,5 % à 12,4 %) et Belleville (de 3,5 % à 4,4 %), et ce, malgré des augmentations de population dans les trois villes.

On peut observer la tendance inverse dans plusieurs communautés.

C’est le cas des villes ontariennes d’Ajax et de Burlington, dont le taux d’inoccupation a été coupé de moitié en 10 ans.

Une hausse des revenus et de bas taux d’intérêt peuvent également mousser l’accession à la propriété de ménages qui délaissent le statut de locataires pour devenir propriétaires, explique le professeur François Des Rosiers.

Kawartha Lakes, située à 150 km au nord de Toronto, demeure la ville au pays présentant le plus haut taux d’inoccupation (19,1 %) selon Point2Homes, malgré une diminution par rapport à 2006 (22,3 %).

Cette ville compte de nombreux chalets qui ne sont pas habités toute l’année.

Nord de l'Ontario

Immobilier