•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents d’accueil espèrent une aide financière pour leur fille épileptique

Deux parents regardent d'un oeil attendri une petite fille assise de dos dans une chaise pour enfants.

Les parents de la petite Leah affirment qu'elle ne connaît aucun nom à part les leurs.

Photo : Radio-Canada / Bonnie Allen

Radio-Canada

À bout de souffle, une famille d'accueil en Saskatchewan demande une aide financière du gouvernement provincial pour assurer les soins médicaux quotidiens d’une fillette de 6 ans atteinte d’épilepsie dont elle s’occupe depuis les premiers jours de sa vie.

À cause de la maladie, Leah (prénom fictif) est handicapée mentalement et physiquement. Elle doit être alimentée par un tube relié à son estomac, et ses parents, Erin et Trevor McLellan, doivent surveiller son taux d’oxygène et ses battements de coeur lorsqu’elle dort.

Elle lutte chaque jour pour rester en vie. C'est l’enfant la plus déterminée que j’ai vue.

Erin McLellan, mère d'accueil de l'enfant

Les parents sont aussi déterminés à la soutenir. Le père a notamment quitté son emploi à temps plein afin d’être présent auprès de sa fille.

Une aide discrétionnaire

Un règlement encadrant les services destinés aux enfants autorise le ministère des Services sociaux de la Saskatchewan à verser une rémunération discrétionnaire aux familles d’accueil afin d’éviter de placer les enfants dans une institution.

Selon l’article 6.4 du guide des services destinés aux enfants, ces versements ne doivent pas excéder la moitié du prix des soins reçus en institution. Ces soins peuvent dépasser 21 000 $ par mois, précise le ministère des Services sociaux.

Erin et Trevor McLellan, parents biologiques et adoptifs de six autres enfants, ont eu droit jusqu’ici à 1900 $ par mois, pendant six ans, pour Leah. Après une demande pour l’obtention d’une nouvelle aide, le gouvernement a octroyé 522 $ supplémentaires par mois.

Toutefois, d'après les parents, cela ne leur permet pas de subvenir aux besoins de Leah, sans devoir retourner au travail. La reprise d'un emploi alors que leur enfant est très malade est inconcevable pour eux.

Le père tient sa fille dans ses bras et l'embrasse sur le front.

Selon les parents, l'espérance de vie de Leah est difficile à estimer.

Photo :  courtoisie / Erin et Trevor McLellan

Refus du gouvernement

Après un refus en février dernier, les parents ont décidé de porter plainte auprès de la Commission des droits de la personne de la Saskatchewan, alléguant que le ministère des Services sociaux discrimine leur cas d’après le handicap de leur fille.

Le ministère compte sur vous pour rester silencieux et faire ce que vous avez à faire. Tenir à bout de bras et lui faire économiser de l’argent.

Trevor McLellan

Dans un communiqué transmis à CBC, le directeur général des programmes pour les enfants et les familles du ministère des Services sociaux, Tobie Eberhardt, indique que moins de 10 familles d’accueil reçoivent une rémunération exceptionnelle en Saskatchewan.

Selon lui, ce paiement est seulement versé lorsque des services de soutien tels que le gardiennage, l’aide à la préparation des repas et au ménage, ne sont pas disponibles.

En aucun cas, le travail des familles d’accueil ne peut faire l’objet d’une rémunération. La directrice de l’Association des familles d’accueil de la Saskatchewan, Deb Davies, s’inscrit dans cette logique.

Si les besoins sont très importants, il y a d’autres partenaires dans la communauté qui peuvent prendre soin des enfants ayant des besoins médicaux.

Deb Davies, directrice de l’Association des familles d’accueil de la Saskatchewan

Tim Korol, ancien sous-ministre adjoint au sein du ministère des Services sociaux de la Saskatchewan, estime que la rémunération des familles d’accueil peut être légitime dans certains cas.

Quand les soins deviennent importants au point qu’ils rendent impossible une activité en dehors de la maison, il faut envisager une compensation pour les services que les parents rendent à la province en restant à la maison, estime-t-il.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a récemment envoyé une lettre aux parents de la petite Leah, dans laquelle il leur assure que des fonctionnaires iraient à leur rencontre, dans le but de trouver une solution.

D'après un texte de Bonnie Allen, CBC News

Saskatchewan

Politique provinciale