•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les scénaristes, l’ingrédient essentiel, mais souvent oublié d’un film

Une jeune femme (Juliette Gosselin), souriante, se prend en photo devant des admiratrices.

Une scène de « Fabuleuses », un film de Mélanie Charbonneau

Photo : Go Films

Cecile Gladel

Fabuleuses a été écrit par deux femmes, Geneviève Pettersen et Mélanie Charbonneau, qui en est aussi la réalisatrice. Toutefois, il est rare qu’on mette en lumière les scénaristes lors de la sortie d’un film.

Cette fois, les scénaristes sont mises au premier plan, avec la distribution. Il faut dire que Geneviève Pettersen a aussi une vie comme écrivaine, chroniqueuse et animatrice à QUB radio.

C’est plate à dire, mais on parle des scénaristes quand ce sont des gens connus.

Geneviève Pettersen

Les films sont principalement portés par les acteurs et les actrices, et il arrive rarement que les scénaristes en fassent la promotion. On voit le travail à l’écran, mais sans [scénariste] il n’y a pas de film. C’est primordial, parce que si l'on n’a pas de bonne histoire, il n’y a pas de bon film, souligne Geneviève Pettersen qui avait le rêve d’être scénariste.

La jeune femme sourit.

Genevieve Pettersen

Photo : Radio-Canada / François Tremblay

Cependant, elle reconnaît que les gens sont facilement mis dans des cases. J’ai été connue comme Geneviève Pettersen l’auteure. Moi, je fais ce qui me tente. Donc, le passage d’auteure à scénariste n’est pas bizarre, mais ce n’est pas la même chose du tout. Ce n’est vraiment pas la même chose, en fait.

Malgré tout, Geneviève Pettersen a encore le syndrome de l’imposteur. Je me considère moi-même comme un “bébé scénariste”, j’ai fait un film dans ma vie, mais c’est assurément un travail de l’ombre.

Un portrait des médias sociaux

Le film raconte l’histoire de trois amies qui ont une approche différente des médias sociaux. Il y a Laurie, « la fille d’à côté » qui tente de devenir fabuleuse. Il y a Clara, la vedette des médias sociaux qui carbure aux « J'aime ». Et il y a Elizabeth, qui s’insurge contre tout ça.

Geneviève Pettersen dit avoir écrit le film qu’elle aurait eu envie de voir quand elle avait 20 ans. Elle explique qu'elles en avaient assez de la manière dont on représentait les filles au cinéma : Cette façon archicaricaturale où l'on fait passer leur destin par la quête amoureuse. On avait envie de vrais personnages de filles avec leurs hauts et leurs bas.

Une écriture en phase avec la réalité

Écrire un film sur les médias sociaux n’est pas de tout repos, puisque cet univers est en changement constant. Les deux auteures ont fait de la recherche pendant deux ans pour écrire le scénario. On ne fait pas juste lancer des idées, on s’assoit et on travaille, rappelle Geneviève Pettersen.

Les coscénaristes se demandaient jusqu’où elles pouvaient aller. Parfois, on écrivait des scènes sur l’une des influenceuses, et l'on se demandait si c’était trop gros. Puis, trois semaines plus tard, ça se passait en direct sur Instagram. Quand on dit que la réalité dépasse souvent la fiction, ça a été le cas à plusieurs reprises pendant l’écriture de ce film, explique Geneviève Pettersen.

Les deux artistes discutent de leur film avec l'animatrice.

La comédienne Juliette Gosselin et la cinéaste Mélanie Charbonneau

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Pour coller à la réalité, Geneviève Pettersen et Mélanie Charbonneau se sont plongées dans cet univers pendant deux ans. « On essayait de comprendre ce phénomène-là. [...] Quand on a 20 ans, ça passe beaucoup par les réseaux sociaux et le nombre de personnes qui nous suivent. C’est peut-être ça qui va te permettre de décrocher ton premier emploi ou d’être célèbre », souligne Mélanie Charbonneau.

Le film est le fruit d’un travail d’équipe avec la réalisatrice, mais c’est le fun, dans ce cas-ci, parce qu’on a la même vision comme on l’a écrit ensemble. Et aussi parce que les actrices étaient tellement impliquées.

Geneviève Pettersen a aussi fait plusieurs tests sur les réseaux sociaux pour voir ce qui se passait selon certaines actions. Elle explique que Juliette Gosselin, qui joue l’une des influenceuses, s’est aussi beaucoup investie dans son personnage.

Fabuleuses, avec Noémie O’Farrell, Juliette Gosselin et Mounia Sahzam, sort en salle le 23 août.

Avec les informations d'Angie Landry et Catherine Richer

Cinéma

Arts