•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme aide les parents à reconnaître si leur enfant est membre d'un gang de rue

Un policier pose un ruban jaune sur une clôture pour interdire l'accès à la zone ainsi délimitée.

Il y a une augmentation des crimes à Calgary chaque année depuis quatre ans, selon Doug King, professeur en études judiciaires à l’Université Mount Royal.

Photo : Radio-Canada / Evelyne Asselin

Radio-Canada

Un organisme à but non lucratif de Calgary lance un programme d’éducation pour aider les parents à reconnaître les signes indiquant que leur enfant fait partie d’un gang de rue.

Alors que les données de la police montrent une hausse de la violence dans la ville, le centre Youthlink Calgary Police Interpretive se donne pour mission de prévenir le recrutement des jeunes par les réseaux criminels.

Selon ces données, il y a eu 55 fusillades dans la métropole entre janvier et la fin du mois de juillet. La moitié d'entre elles se sont déroulées dans le nord-est de Calgary.

Selon la directrice du centre, Tara Robinson, une partie de la solution à l’augmentation de la violence dans la métropole passe par la sensibilisation des parents au fait que les jeunes peuvent être ciblés par les recruteurs des groupes criminels.

Le programme, offert jusqu’à la fin du mois de septembre, donne des conseils aux parents sur la façon d’aborder le problème avec leur enfant ainsi que des informations sur les ressources qui peuvent leur venir en aide.

Les parents apprendront également à être à l’écoute des changements dans le comportement de leur enfant.

« Par exemple, si votre enfant est bon à l’école et que ses notes deviennent soudainement moins bonnes, il y a normalement une raison, explique Tara Robinson. Ou s’il revient à la maison avec un nouveau cellulaire et qu’il n’a pas l’argent pour s’en procurer un, c’est un signe. »

Les gangs de rue ciblent des enfants dès l'âge de 12 ans, ajoute le responsable du programme.

À compter de jeudi soir, des présentations seront offertes gratuitement aux parents qui peuvent être accompagnés de leur enfant s’il a plus de 12 ans. Le programme est offert jusqu'à la fin du mois de septembre, mais il pourrait être prolongé si la demande le justifie.

Cette initiative se fait en partenariat avec Service de police et la Ville de Calgary. Les responsables indiquent toutefois qu'aucun financement supplémentaire n'est nécessaire pour la mettre en oeuvre. « Ça ne coûte rien, nous faisons simplement des changements au sein du personnel pour que ce programme voie le jour », explique Tara Robinson.

« Calgary a un problème »

Les gangs de rues recrutent de plus en plus des jeunes. « Les enfants, lorsqu’ils sont arrêtés, n’ont souvent pas d’antécédents criminels et, si la police fait une recherche dans ses dossiers, elle ne trouve rien », explique Doug King, professeur en études judiciaires à l’Université Mount Royal.

Malheureusement, avant qu’il arrive quelque chose de grave, la majorité des parents ne savent pas que leur enfant est dans un gang de rue.

Doug King, professeur en études judiciaires, Université Mount Royal

Si le professeur pense que le programme aidera à améliorer la situation à Calgary, il estime toutefois que l’initiative ne réussira pas à réduire la criminalité.

Selon Doug King, la police doit être plus proche de la communauté en augmentant sa présence dans la ville et en étant plus visible.

Alberta

Crime organisé