•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vente de Capitales Médias ira rondement, prévoit le syndic

Des journaux « Le Soleil » empilés.

Le Groupe Capitales Médias publie le quotidien « Le Soleil » de Québec.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Radio-Canada

Capitales Médias doit être vendue d'ici la mi-novembre avant de manquer de liquidités, prévoit le syndic responsable du dossier devant les tribunaux.

Au rythme où vont les choses, l'aide d'urgence de 5 millions de dollars accordée par le gouvernement du Québec lundi sera épuisée avant les Fêtes.

L'entreprise a essuyé des pertes de 6 millions de dollars depuis le début de l'année.

Christian Bourque de la firme PricewaterhouseCoopers a demandé à la Cour supérieure d'accepter rapidement la demande de financement intérimaire, sans quoi les employés pourraient ne pas être payés la semaine prochaine.

Le juge Daniel Dumais a annoncé qu'il allait accorder la requête dès jeudi matin.

Le syndic peut donc prendre le contrôle des actifs du groupe de presse et prévoit la mise en vente de l'entreprise d'ici deux semaines.

« L'acquéreur éventuel pour ces actifs-là, à mon avis, est probablement un groupe ou des groupes qui sont au Québec présentement », a déclaré Christian Bourque de la firme PricewaterhouseCoopers.

« Ces gens-là sont déjà sensibilisés, sont déjà mobilisés », a-t-il ajouté.

Le juge a qualifié de grand défi l'échéancier décrit par le syndic pour trouver le ou les nouveaux propriétaires.

Les documents déposés en cour révèlent que Capitales Médias a enregistré des pertes nettes de plus de 25 millions de dollars en 2018 et plus de 8 millions de dollars en 2017.

Gesca, l'ancien propriétaire des journaux de Capitales Médias a par ailleurs radié une dette de 15 millions de dollars qui ne figurent plus dans les passifs.

La valeur des actifs n’atteint pas 15 millions de dollars, alors que ses passifs avoisinent les 40 millions de dollars.

Le seul créancier garanti de Capitales Médias est Investissement Québec, qui avait accordé un prêt de 10 millions de dollars.

Les créanciers non garantis totalisent des dettes de 17 720 480,97 $.

Quelques créanciers non garantis de Capitales Médias :

  • Abonnements perçus d’avance et autres : 4 897 122 $
  • Salaires, vacances et bénéfices marginaux courus : 3 405 166 $
  • Imprimerie Transcontinental : 900 000 $
  • Taxes de vente à payer : 352 405 $
  • Agents et camelots : 188 361 $
  • La Presse canadienne : 96 002 $

Il y a pas mal de personnes qui se sont manifestées, je pense que l'information demeure extrêmement importante pour notre population, a déclaré le président-directeur général de GCM, Claude Gagnon.

Ce serait extrêmement grave s'il fallait perdre nos médias d'information. On a non seulement besoin de médias, mais on a besoin d'une certaine diversité, ajoute M. Gagnon.

Avec les informations de Yannick Bergeron et Nicolas Vigneault

Québec

Médias