•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des audiences publiques sur la vaccination obligatoire des enfants au Nouveau-Brunswick

Des opposants à la vaccination sont inscrits à cette consultation publique.

Une enfant se fait vacciner.

Une enfant se fait vacciner.

Photo : Associated Press / Eric S. Swist

Radio-Canada

Les partisans et les opposants à la vaccination obligatoire des enfants du Nouveau-Brunswick auront l'occasion d'exposer leurs arguments la semaine prochaine, à l'Assemblée législative.

Trois jours d'audiences sont prévus, du 27 au 29 août à Fredericton, devant le Comité permanent de modification des lois pour examiner le projet de loi qui rendrait obligatoire la vaccination de tous les enfants dans les garderies et les écoles, à moins d'une exemption médicale.

Les nouvelles règles, qui seraient en vigueur à la rentrée de septembre 2021, ont été proposées par le gouvernement conservateur en juin à la suite d'une éclosion de rougeole dans le sud du Nouveau-Brunswick, avec 12 cas confirmés.

En vertu des modifications proposées à la Loi sur l'éducation et à la Loi sur la santé publique, les enfants devraient présenter une preuve d'immunisation ou, à défaut, une lettre d'un médecin qui les exempterait de la vaccination.

Plusieurs groupes, dont l'Association des pharmaciens du Nouveau-Brunswick, ont manifesté leur appui à cette initiative de santé publique. 

En contrepartie, des opposants à la vaccination doivent aussi prendre la parole à ces audiences. Un de ces groupes, Vaccine Choice Canada, a mentionné que la « désobéissance civile » pourrait être justifiée chez les opposants à la vaccination obligatoire.

Au nombre des inscrits à la consultation publique, on note aussi Dena Churchill, une chiropraticienne de la Nouvelle-Écosse qui a été condamnée à payer 100 000 $ après s’être reconnu coupable de faute professionnelle pour avoir colporté diverses théories du complot, sur la vaccination notamment. Mme Churchill sévit sur Internet sous le pseudonyme « Dr. Sexy Mom ».

Selon le ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, Dominic Cardy, il est important que les preuves scientifiques manifestes des bénéfices incroyables qu’a procuré, et continue de procurer, la vaccination soient exprimées à l’Assemblée législative. C’est la meilleure façon de protéger une population, en particulier les enfants d’âge scolaire.

J’imagine qu’on entendra aussi des gens qui sont moins informés, mal informés, ou activement responsables de désinformation. C’est leur droit démocratique, tant que l’on prend la meilleure décision pour les enfants d’âge scolaire, ajoute M. Cardy.

Avec les informations de La Presse canadienne

Nouveau-Brunswick

Vaccination