•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un bol de fricot servi avec un petit pain.

Le fricot est synonyme de festin. En été comme en hiver, cette soupe consistante arrive toujours à réconforter les Acadiens.

Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Camille Bourdeau

Dans le cadre du Congrès mondial acadien, la ville de Shediac propose un concours savoureux mettant en vedette l’un des plats les plus réconfortants de l’Acadie.

La folie du fricot permet aux restaurateurs de faire découvrir ce plat substantiel aux visiteurs tout en se démarquant auprès des consommateurs de la région.

Au bistro Racines anciennes, situé le long de la rue Main, lorsqu’on goûte un fricot, on goûte aussi à l’histoire acadienne. 

Janice Brun dans sa cuisine

Janice Brun met beaucoup d'amour dans ses recettes. Lorsqu'elle prépare son fricot, elle a une pensée pour ses ancêtres.

Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

J’ai voulu raconter l’histoire à travers mon fricot et montrer aux gens que c’était comme ça qu’on se nourrissait autrefois.

Janice Brun, propriétaire du restaurant Racines anciennes

Cuisinière depuis près de 40 ans, Pat Snider adore la cuisine acadienne. Sa recette de fricot lui a été transmise par sa mère.

pat snider devant un chaudron dans une cuisine de restaurant.

Pat Snider travaille dans la cuisine du restaurant le Bayou. C'est sa mère qui lui a appris à faire le fricot qu'elle sert à ses clients.

Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Je mets beaucoup d’oignons, beaucoup de sarriette et beaucoup de pâtes. J’aime que le bol soit vraiment rempli.

Pat Snider, cuisinière au restaurant le Bayou

Sébastien Després a vendu des centaines de bols de fricot depuis le début du concours. 

serveur amenant des bols de fricots aux consommateurs assis à une table.

La folie du fricot attire plusieurs visiteurs dans les restaurants du centre-ville de Shediac.

Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Si ce plat fait partie de son menu régulier, il propose un fricot rehaussé pour le Congrès mondial acadien.

On l’a fait avec de la sarriette ancienne d’Acadie, en fleurs [...]. On a surtout les os, alors on a un beau fricot qui a du punch,. C’est un fricot pour gagner une compétition.

Sébastien Després, propriétaire du Moque-Tortue

Même les restaurants qui n’offrent pas un menu traditionnellement acadien participent au concours. 

Chef Chonguck Kim travaillant dans son restaurant.

Le chef Chonguck Kim est spécialiste des sushis. Il s'est prêté au jeu en créant un fricot japonais.

Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Le chef du Pink Sushi propose un fricot à saveur japonaise.

La différence est dans l’infusion. J’ai mis du miso dans le fricot, alors ça goûte vraiment différent.

Chonguck Kim, chef du Pink Sushi

Des consommateurs rencontrés lors de l’événement disent qu’ils se sont régalés. Certains ont même reconnu que ce fricot était encore meilleur que celui de leur mère.

Les gens qui participent à la folie du fricot peuvent voter pour leur restaurant favori en ligne (Nouvelle fenêtre) jusqu'au 24 août.

Nouveau-Brunswick

Alimentation et cuisine