•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pacte fiscal, budget et train léger : un automne chargé à la Ville de Gatineau

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, pendant une conférence de presse.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après un « très bel été », c’est un maire souriant qui a présenté les enjeux qui animeront les discussions à la table du conseil municipal et les salles de réunion de la Ville de Gatineau, mercredi.

Entre les négociations en vue de la refonte du pacte fiscal, les discussions entourant le budget et les enjeux régionaux qu’il souhaite mettre en lumière au cours de la prochaine campagne électorale fédérale, le maire a reconnu que les membres du conseil auront du pain sur la planche.

On a toujours des automnes chargés, disons qu’on va maintenir la tradition encore cette année, a blagué le maire.

La refonte du pacte fiscal entre les municipalités et le gouvernement fédéral sera notamment à l’ordre du jour avec la venue prochaine du président de l’Union des municipalités du Québec, Alexandre Cusson. Celui-ci participera à un déjeuner jeudi à Gatineau où les discussions tourneront autour de ce dossier.

Le maire Pedneaud-Jobin souhaite notamment que le nouveau pacte fiscal soit signé avant la fin septembre. C’est ambitieux, a-t-il dit, mais il souhaite accomplir cet objectif.

La préparation du budget de la Ville, qui a un lien direct avec le pacte fiscal, est l’autre enjeu important des prochains mois, pour Maxime Pedneaud-Jobin.

Le maire a rappelé que la Ville gère 58 % des infrastructures publiques et on reçoit 8 % des taxes et impôts. Ça ne peut pas marcher. Ça donne les rues qu’on a là. Ça donne une difficulté de s’adapter aux pluies diluviennes et aux changements climatiques, a fait valoir le maire. 

Train léger

Le train circule sur un des deux côté de la voie routière.

Une esquisse représentant un train circulant le long du chemin d'Aylmer, à Gatineau.

Photo : Société de transport de l'Outaouais

Le maire est revenu sur le projet de train léger dans l’ouest de la ville, affirmant que c’est un peu l’ensemble du projet ou rien, puisque si l’envergure du projet est revue à la baisse, il devient moins rentable et cause davantage de problèmes de congestion avec les autobus, entre autres.

Ça ne fonctionnerait pas. Il y aurait un conflit trop important entre les trains et les autobus. Ça ferait des points d’intersection qui ne sont pas gérables, a expliqué le maire.

À l’aube de l’élection fédérale, le premier magistrat a réitéré qu’il souhaite plus de flexibilité dans les programmes fédéraux, c’est ça qu’on n’a pas comme c’est là, a-t-il dit. 

Je vais me battre longtemps avant de dire ''on abandonne'', mais, un projet de 2,1 milliards, on ne le commence pas avant qu’il soit financé au complet, a averti M. Pedneaud-Jobin.

Zone d’intervention spéciale : 292 demandes

Le maire Pedneaud-Jobin a fait état de près de 300 demandes d’exclusions de la Zone d’intervention spéciale (ZIS) provenant de résidents de Gatineau. Un certain nombre des demandes plus simples ont été traitées. D’autres demandes sont plus complexes et prendront plus de temps à traiter, a-t-il précisé.

Là où il y a une difficulté, c’est dans la compréhension de ce que c’est la ZIS. C’est une zone où le gouvernement veut limiter le développement en attendant qu’on ait réfléchi à ce qu’on fait avec la zone, a vulgarisé M. Pedneaud-Jobin.

On sait déjà qu’il y a une bonne partie des demandes où les gens ne pourront pas être retirés de la Zone.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Il a soutenu que certaines personnes croyaient que leur maison ne devait pas être dans la zone parce qu’elle était au sec. Or, s’il y avait de l’eau autour de la résidence, la demande d’exclusion n’est pas recevable, et ce, même si l’immeuble lui-même était au sec.

Le maire a assuré que la Ville sera présente aux différents comités mis en place pour mener la réflexion en lien avec la ZIS. Il a soutenu qu’il souhaite un processus à deux vitesses, soit qu'une réflexion profonde soit menée et que des gestes puissent être posés à court terme.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale