•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La médiation dans le conflit à l'ABI a coûté 290 000$ aux contribuables

Photos juxtaposées de Jean Boulet et Lucien Bouchard

Le ministre du Travail, Jean Boulet, et le médiateur dans le conflit de travail à l'ABI, Lucien Bouchard.

Photo : Radio-Canada

Amélie Desmarais

La médiation pour tenter de mettre fin au lock-out à l'Aluminerie de Bécancour (ABI), qui s'est terminé le 2 juillet dernier, a coûté près de 290 000 $ aux contribuables en excluant les salaires des employés du ministère du Travail impliqués dans le dossier.

Ces données obtenues grâce à la loi d'accès à l'information révèlent que le gouvernement a versé plus de 242 000 $ en honoraires et 4400 $ en frais de déplacements à Lucien Bouchard.

À cela s'ajoutent 42 500$ en frais de déplacements du personnel du ministère impliqué et en frais de location de salles. Les salaires des employés du ministère du Travail impliqués dans le dossier n'ont pas été comptabilisés.

C'est donc dire que les services de l'ancien premier ministre Lucien Bouchard ont coûté près de 250 000$ à l'État québécois pour un processus qui s'est échelonné sur une période de 9 mois.

Lucien Bouchard est d'abord entré en scène un peu plus de 3 mois après le début du conflit alors que le gouvernement Couillard l'a nommé médiateur spécial en avril 2018.

Environ 5 mois plus tard, il avait mis fin au processus en raison de l'écart trop important entre les parties. En novembre, il a repris le travail à la demande du nouveau gouvernement de la CAQ qui a alors nommé un conseil de médiation formé de Lucien Bouchard et de deux employés du ministère. La médiation s'est terminée le 21 décembre sans résultat.

C'est seulement 6 mois plus tard à la suite d'un ultimatum de la direction de l'ABI que le conflit a pris fin.

Monsieur Bouchard a travaillé 7-8 semaines de façon extrêmement intensive dans ce dossier-là, rappelle le ministre du Travail Jean Boulet. Évidemment il y a des coûts associés à ça et je me suis assuré que les coûts soient respectueux de ce qui se fait dans le marché.

Même si ce n'est pas la médiation, elle-même, qui a permis de dénouer l'impasse dans ce lock-out qui a duré près de 18 mois, le ministre Boulet est persuadé que la médiation était incontournable.

Il y a eu des périodes où ça allait bien, il y a eu des périodes où c'était un peu plus stagnant, dit-il. Mais de façon générale j'en fais quand même un bilan positif et c'était selon moi un incontournable dans un dossier d'une telle complexité tant sur le plan humain qu'en ce qui concerne les relations de travail.

Ça aurait été moins cher si le ministère avait pris des médiateurs à l'interne

Selon le professeur de l'Université du Québec à Trois-Rivières, Jean-Claude Bernatchez, pour bien mesurer si les Québécois en ont eu pour leur argent, il faudrait connaître le taux horaire ou le nombre d'heures facturées par Lucien Bouchard. Or, ces informations bien que Radio-Canada les ait demandées ne nous ont pas été transmises.

On a donné toutes les informations qui nous étaient demandés et que la loi nous demandait de fournir dans un contexte comme celui-là, se défend le ministre Boulet.

Certes, ça aurait été moins cher si le ministère avait pris des médiateurs à l'interne, lance le spécialiste en relations industrielles précisant que le ministère compte au moins une trentaine de médiateurs dans ses rangs.

Il ajoute : Les citoyens peuvent trouver que 290 000$ pour quelques jours de rencontres nonobstant le travail qui est fait à côté c'est cher, maintenant le compte d'honoraires et dépenses de M. Bouchard n'a enfreint aucune loi en ce pays.

Mauricie et Centre du Québec

Relations de travail