•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Drôle et touchante : la comédie musicale Come from Away atterrit à Ottawa

Les acteurs du spectacle «Come From Away» chantent sur scène.

La distribution canadienne de la comédie musicale «Come From Away»

Photo : Matthew Murphy

Mélanye Boissonnault

Le spectacle raconte ce qui s’est produit à Gander, petite ville de Terre-Neuve, le 11  septembre  2001.

Alors que des avions percutent le Pentagon et les tours jumelles du World Trade Center, les États-Unis ferment leur espace aérien, ce qui force 38  avions à se poser à Gander. Les  9000 habitants vont devoir héberger pendant plusieurs jours quelque 7000 passagers.

On y va parce que c’est incroyablement touchant.

Les événements du 11 septembre nous ont tous touchés de différentes manières. Et on a beaucoup disserté sur ce qu’ils ont représenté, mais la comédie musicale a l’avantage de nous replonger à la fois dans ce que nous avons ressenti et aussi de montrer ce que la tragédie a pu représenter pour d’autres, comme le maire de Gander, une pilote d’avion, un couple de voyageurs gai, un passager musulman ou la responsable locale de la SPCA. 

On y va parce que c’est très drôle.

Malgré la toile de fond dramatique, l’humour est très souvent au rendez-vous parce que les habitants de Gander sont capables d’une grande autodérision. Les blagues sur ce coin perdu, surtout aux yeux des citadins de Londres comme de Los Angeles, sont nombreuses. L’échelle même de l’entreprise, (loger et nourrir des milliers de personnes pendant des jours!) fait sourire et mène nécessairement à toutes sortes de situations rigolotes : des « vols » de barbecues jusqu'à l’aréna qu’on transforme en frigo géant.

On y va pour cet indéfinissable charme des Terre-Neuviens

Un charme qui tient à l’humour, mais aussi à la chaleur de ses habitants. Oui, tout petit patelin qui se respecte et sait se montrer accueillant. Les gens de Gander ne font pas exception et la comédie musicale reflète bien l’esprit de communauté qui semble y régner. Si quelques personnages ont leur moment de gloire, ce qui ressort, c’est l’ensemble. D’ailleurs, il n'y a pas de rôle principal à proprement parler. Tous les comédiens tiennent plusieurs rôles, et ce, avec brio.

Musicalement, faire appel à l’accordéon, au violon et au bodhran (le tambour traditionnel irlandais) ajoute au charme terre-neuvien de la production qui se termine comme un grand rigodon gagnant tous les spectateurs qui ont offert une ovation à la troupe hier soir lors de la première. 

Pour y aller:

Come From Away

Centre national des arts d'Ottawa, jusqu'au 8 septembre

Ottawa-Gatineau

Théâtre