•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

100 000 $ pour embarquer la relève dans les métiers maritimes

Des travailleurs à l'oeuvre au port de Trois-Rivières

Groupe Océan fait un don de 100 000$ à l'Institut maritime du Québec à Rimouski. (Archives)

Photo : Port de Trois-Rivières

Julie Tremblay

Le Groupe Océan fait un don de 100 000 $ à la Fondation de l'Institut maritime du Québec (IMQ) de Rimouski afin d'inciter plus de gens à faire carrière dans les métiers maritimes.

Il s'agit du premier don d'importance à être encaissé par la Fondation dans le cadre de sa campagne de financement de 2,5 millions de dollars lancée en juin.

On sent l'effervescence, a affirmé en point de presse la directrice de l'IMQ, Mélanie Leblanc, on peut dire d'ores et déjà qu'il y aura d'autres annonces, dit-elle, tout sourire.

À l'instar de bien d'autres secteurs, l'industrie maritime peine à combler ses besoins en main-d'œuvre. C'est pourquoi Groupe Océan veut l'aider à recruter de nouveaux étudiants et à garder ceux qui entament une formation.

C'était tout naturel pour nous de s'associer [avec l'IMQ] parce qu'on est dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre flagrant, important. C'est le cas pour toute l'industrie maritime.

Maryse Paré, directrice adjointe, Service à la clientèle de la division Remorquage chez Groupe Océan

Selon Mme Paré, les officiers de navigation, les mécaniciens et les techniciens en architecture navale sont les métiers les plus recherchés actuellement dans le secteur maritime.

Des compétiteurs unis pour contrer la pénurie de main-d'œuvre

Des dons de plusieurs milliers de dollars provenant entre autres du Groupe Desgagnés et de Canada Steamship Lines doivent également être officialisés prochainement.

Quatre personnes tiennent un gros chèque de 100 000$

De gauche à droite: L'enseignant Laurent Legault, la directrice de l'IMQ Mélanie Leblanc, la directrice adjointe du service à la clientèle de la division Remorquage chez Groupe Océan, Maryse Paré et le technicien en loisirs Nicolas Martin

Photo : Radio-Canada

Dans la vie, ce sont tous un peu des compétiteurs, mais de voir qu'ils se serrent les coudes pour qu'on puisse travailler ensemble à former la main-d'œuvre de demain, c'est encourageant, a affirmé Mme Leblanc.

Entre 350 et 400 étudiants fréquentent l'IMQ chaque année. C'est un chiffre assez stable pour l'instant, dit Mélanie Leblanc. Elle craint toutefois que les métiers maritimes–où il est impératif de compléter sa formation–deviennent moins attirants si la pénurie de main-d'œuvre s'aggrave dans d'autres secteurs.

Bas-Saint-Laurent

Événements caritatifs