•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Internet en région : un « enjeu de sécurité publique », selon Gilles Bélanger

Un fermier utilise une tablette électronique.

Le gouvernement fédéral fait-il les efforts nécessaires pour assurer l'accessibilité à Internet large bande aux régions rurales?

Photo : getty images/istockphoto / Zoran Zeremski

Radio-Canada

Le déploiement d'Internet haute vitesse en région pourrait se faire plus lentement que prévu. Le député caquiste d’Orford et responsable du projet, Gilles Bélanger, se veut rassurant.

À la suite d’une décision du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) obligeant les gros fournisseurs à abaisser les tarifs qu’ils imposent aux petites sociétés pour leurs infrastructures, Bell a annoncé qu’elle supprimait environ 200 000 foyers d'un programme d'expansion d'Internet en milieu rural.

Les régions, ça n’a jamais été attirant pour les entreprises de télécommunications, parce que ce n’est pas rentable. Mais il y a des technologies qui vont faciliter les choses, et moi je suis confiant.

Gilles Bélanger, député d'Orford et responsable du déploiement d'Internet en région

Pour Gilles Bélanger, cette annonce du CRTC est positive. Ça ouvre la porte à de plus petits joueurs [...] On veut que le client, ça lui coûte moins cher, explique-t-il. En ce qui concerne les difficultés d’accès aux infrastructures des fournisseurs importants, le député considère que lorsque tous [les intervenants] vont réaliser que c’est un enjeu de santé et de sécurité publique, on va peut-être pouvoir changer la donne au Québec.

C’est un bon challenge. C’est un projet complexe, il y a plusieurs joueurs.

Gilles Bélanger, député caquiste d'Orford

Le député caquiste rappelle aussi que son gouvernement s’est engagé à investir pour que 250 000 Québécois soient branchés à Internet haute vitesse d’ici 2022.

Estrie

Internet