•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démissionner plutôt que de se faire réprimander

Un homme photographié de face

Robert Rhéaume travaillait au Service de police du Grand Sudbury depuis 2001.

Photo :  CBC / Robin De Angelis

Radio-Canada

L’audience disciplinaire de Robert Rhéaume, du Service de police du Grand Sudbury, devait débuter lundi. Mais après une série de report, le Service de police a annoncé mardi après-midi que M. Rhéaume démissionnait.

L’audience devait porter sur une allégation d’abus de confiance, mais aucun détail sur l’incident n’a été divulgué au cours de l’audience.

Cette démission a entraîné la suspension des accusations par l’agent d’audience, le chef adjoint à la retraite Terence Kelly, a fait savoir la police du Grand Sudbury dans une déclaration.

Comme M. Rhéaume n’est plus un agent de police, le Service de police n’a plus compétence sur les questions d’inconduite contre lui en vertu de la partie V de la Loi sur les services policiers de l’Ontario.

Par conséquent, les accusations sont maintenant en suspens.

Au cours de l’audience, le policier démissionnaire a été informé que s’il redevenait policier au cours des cinq prochaines années en Ontario, les accusations portées contre lui pourraient être rétablies.

Les modalités de sa démission sont protégées par la législation sur l'emploi et donc elles ne sont pas rendues publiques.

Des commentaires sur les médias sociaux

Plus tôt cette année, M. Rhéaume a été reconnu coupable de conduite déshonorante après avoir publié des commentaires sur Facebook au sujet de la liste annuelle des employés de la fonction publique de l'Ontario dont la rémunération est de plus de 100 000 $ par année.

Dans cette publication, M. Rhéaume s'était attaqué au fait que la directrice générale du Service de police du Grand Sudbury, Sharon Baiden, reçoive un salaire de 205 000 $.

Il a également affirmé que son salaire représentait 50 % de plus par rapport à l’année précédente.

Quelques jours plus tard, M. Rhéaume a critiqué publiquement les salaires de trois autres cadres supérieurs du service de police, enfreignant l’obligation de loyauté envers son employeur.

Nord de l'Ontario

Forces de l'ordre