•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des aînés demandent à Ottawa de mieux protéger les régimes de retraite

Un couple de retraités examine ses états financiers.

Le Réseau FADOQ souhaite aussi que le Supplément de revenu garanti soit haussé de 50 $ par mois.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Des représentants des aînés emboîtent le pas à la FTQ et au Syndicat des Métallos, qui demandent depuis des années au gouvernement fédéral de mieux protéger les régimes de retraite en cas de faillite d'entreprise.

Le Réseau FADOQ a formulé une demande en ce sens aux cinq partis politiques qui ont des élus à la Chambre des communes, en prévision de l'élection générale d'octobre. Il a rencontré des représentants de chacun de ces partis, indique en entrevue Gisèle Tassé-Goodman, présidente du Réseau.

L’organisme demande spécifiquement de modifier la Loi sur la faillite et l'insolvabilité et la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, afin que les déficits des caisses de retraite soient au même niveau de priorité que les créanciers garantis et les banques.

La FTQ et le Syndicat des Métallos font déjà campagne pour obtenir une telle protection des régimes de retraite, afin d'éviter que les travailleurs à la retraite se retrouvent avec une maigre portion de la somme qui leur était due, parce que d'autres créanciers sont remboursés avant eux.

Le Réseau FADOQ formule aussi d'autres demandes, parmi lesquelles le maintien de l'âge de la retraite à 65 ans.

Dans le passé, le gouvernement Harper avait voulu hausser à 67 ans l'âge de la retraite, avant que le gouvernement libéral ne le ramène à 65 ans.

On dit que ceux qui veulent rester sur le marché du travail, eh bien tant mieux, mais ce n'est pas pour tout le monde, particulièrement ceux qui ont un emploi rude physiquement, plaide Mme Tassé-Goodman.

Le Réseau FADOQ souhaite également que le Supplément de revenu garanti soit haussé de 50 $ par mois.

À l'heure actuelle, un bénéficiaire de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément de revenu garanti a un revenu annuel de 18 177 $. Cette somme est à peine suffisante pour assurer la couverture des besoins fondamentaux, fait valoir le regroupement dans la documentation présentée aux élus fédéraux.

Le Réseau revendique également qu'il y ait inscription automatique au Supplément de revenu garanti pour l'ensemble des personnes nées avant 1954, qui ont donc 65 ans ou plus. Cela représente plus de 6 millions de personnes, dont certaines sont privées de sommes importantes sans même le savoir, fait valoir Mme Tassé-Goodman.

Réception et débat

Le Réseau FADOQ a été bien reçu par les cinq partis : le Parti libéral du Canada, le Parti conservateur, le Nouveau Parti démocratique, le Bloc québécois et le Parti vert.

On n'a pas eu de promesses d'engagement, mais on a trouvé les partis réceptifs, rapporte Mme Tassé-Goodman.

Le Réseau FADOQ organise un débat entre des représentants des partis concernés, le 1er octobre, et compte bien obtenir des engagements et des réponses.

Ils ont été invités à participer et ils semblaient manifester de l'intérêt. On le souhaite fortement, parce qu'on va revenir à la charge. Ce qu'on veut, c'est mettre les besoins des aînés à l'avant-plan. On souhaite que les partis en tiennent compte, dit Gisèle Tassé-Goodman.

Finances personnelles

Politique