•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sentiment d’insécurité chez les brigadiers scolaires de Trois-Rivières

Des enfants traversent la rue après être descendus d'un autobus scolaire.

Des brigadiers scolaires de Trois-Rivières trouvent leur métier dangereux et réclament des changements.

Photo : iStock / Martine Doucet

Radio-Canada

Les brigadiers scolaires de Trois-Rivières ne se sentent pas en sécurité dans l’exercice de leurs fonctions, selon le syndicat qui les représente. Le problème sera d’ailleurs soulevé aujourd’hui lors d’une rencontre entre le syndicat et la Ville de Trois-Rivières.

Régulièrement, des automobilistes conduisent dangereusement près des écoles, notamment en roulant vite ou en omettant de s’arrêter lorsqu’un brigadier brandit sa pancarte d’arrêt, relate la présidente du syndicat des brigadiers scolaires de Trois-Rivières, Suzanne Pelletier.

Le syndicat, affilié au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), souhaite donc que la Ville de Trois-Rivières lance une campagne de sensibilisation auprès des automobilistes.

Suzanne Pelletier demande aussi à la Ville de rendre les lieux de travail des brigadiers plus sécuritaires en installant des panneaux lumineux ou en déplaçant des traverses piétonnières. Le syndicat affirme réclamer des changements depuis cet hiver.

Pancarte indiquant le passage d'écoliers avec un maximum 30 km/h.

Sans connaître le nombre exact d'incidents qui surviennent chaque année, le syndicat des brigadiers scolaires de Trois-Rivières dit signaler régulièrement le comportement dangereux d'automobilistes à la Ville.

Photo : Radio-Canada

Plusieurs endroits poseraient problème, mais deux secteurs seraient particulièrement dangereux, notamment l'intersection du boulevard Sainte-Madeleine et de la rue Saint-Maurice, où une brigadière a été frappée par une voiture l’hiver dernier.

Le syndicat demande aussi à ce que la traverse piétonne située aux abords de l’École primaire d’éducation internationale de Trois-Rivières soit déplacée, puisqu'elle se trouve à l'entrée des autobus et des voitures.

C’est hyper dangereux pour nos enfants et pour nous-mêmes, affirme la présidente du syndicat.

La nouvelle brigadière a très peur de travailler ici, ajoute Mme Pelletier. Les autobus rentrent dans une place, ressortent de l’autre côté et elle est comme prise en saucisson entre les deux bâtisses. Elle a peur.

Femme dans la rue.

La présidente du syndicat des brigadiers scolaires de la Ville de Trois-Rivières SCFP 5272, Suzanne Pelletier, affirme que les membres ne se sentent pas en sécurité.

Photo : Radio-Canada

Suzanne Pelletier affirme aussi que les brigadiers notent des problèmes de déneigement, au point où certains apportent leur propre pelle sur leur lieu de travail.

Le syndicat des brigadiers scolaires doit rencontrer le comité de santé et sécurité au travail de la Ville ce matin pour discuter des différents problèmes.

Recrutement difficile

La Ville de Trois-Rivières cherche par ailleurs à recruter de nouveaux brigadiers scolaires. Il y en a actuellement 63, à temps partiel et temps plein, sur tout le territoire.

Le manque est particulièrement important dans le secteur Pointe-du-Lac. À l'École primaire Beausoleil par exemple, il n'y a pour l'instant aucun brigadier scolaire à neuf jours de la rentrée.

La rentrée scolaire de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy aura lieu le 30 août.

D'après les informations de Camille Carpentier

Mauricie et Centre du Québec

Politique municipale