•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un « parc industriel sur mer » pour développer l’aquaculture

Nolan D'Eon, propriétaire de l'entreprise aquacole D'Eon Oyster, espère que d'autres éleveurs s'installent dans le nouveau parc industriel sur mer.

Photo : CBC/Paul Palmeter

Radio-Canada

Un « parc industriel sur mer » vient d'être créé dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse pour stimuler l'aquaculture, dont l’élevage d’huîtres.

L’entreprise D'Eon Oyster, de Salt Bay, dans la municipalité d'Argyle, est la seule productrice d'huîtres établie dans la région. Elle produit chaque année de 750 000 à 800 000 huîtres.

Elle en récoltera bientôt beaucoup plus. L'entreprise a récemment fait l'acquisition d'une nouvelle barge qui abrite une trieuse d'huîtres alimentée à l'énergie solaire.

La machine achetée en Australie permet de récolter près de quatre fois plus d'huîtres par jour.

Malgré la croissance de son entreprise, son propriétaire, Nolan D’Eon, ne craint pas la concurrence. Il voudrait, au contraire, voir d'autres producteurs s'installer dans la région.

S'il y a quelqu'un d'autre qui viendrait profiter des huîtres, ça m'aiderait et ça les aiderait, dit-il.

L’entrepreneur détient les approbations nécessaires pour vendre non seulement ses huîtres, mais aussi celles d'autres entreprises.

L’installation d'autres producteurs aquacoles créerait, selon lui, un climat gagnant-gagnant. Cela se produira peut-être bientôt grâce au nouveau parc industriel de la mer.

C'est le fruit de plusieurs années de travail mené par l'agente de développement communautaire de la municipalité d'Argyle, Charlene LeBlanc.

J'ai choisi des sites qui sont parfaits pour l'aquaculture des huîtres. Juste comme un parc d'affaires sur la terre, j'ai choisi 10 sites, indique Mme LeBlanc.

Ces sites ont été retenus en raison de leurs aspects favorables à l'aquaculture.

Par son travail, Charlene LeBlanc espère stimuler et diversifier l'économie de sa région qui est principalement axée sur la pêche au homard.

Elle se croise maintenant les doigts pour que son parc industriel sur mer soit désigné zone de développement aquacole par le gouvernement fédéral pour accélérer le processus d'approbation dans le cas d’entreprises désireuses de se lancer en aquaculture.

D’après un reportage d’Olivier Lefebvre

Nouvelle-Écosse

Industrie des pêches