•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump et Maduro confirment des contacts entre Washington et Caracas

Nicolas Maduro portant une écharpe et un collier et saluant de la main droite

Nicolas Maduro a confirmé les déclarations de son homologue américain Donald Trump, soulignant que ces échanges avaient lieu « depuis des mois ».

Photo : Reuters / Handout .

AFP

Donald Trump a annoncé mardi que des contacts « à un très haut niveau » avaient lieu entre Caracas et Washington, des déclarations confirmées par le président socialiste du Venezuela Nicolas Maduro, qui a précisé que ces échanges avaient lieu « depuis des mois ».

« Nous parlons à plusieurs représentants du Venezuela. Nous aidons le Venezuela du mieux que nous pouvons », a déclaré le président américain depuis la Maison-Blanche.

« Je ne veux pas dire à qui, mais nous parlons à un très haut niveau », a-t-il ajouté alors que Washington, qui soutient l'opposant Juan Guaido, ne reconnaît pas l'autorité de M. Maduro et le pousse vers la sortie.

« Il y a 15 ans, c'était l'un des pays les plus riches. Maintenant, c'est l'un des pays les plus pauvres », a-t-il également souligné.

Dans la soirée, Nicolas Maduro a confirmé les déclarations de son homologue américain Donald Trump, soulignant que ces échanges avaient lieu « depuis des mois ».

Je confirme qu'il existe depuis des mois des contacts entre de hauts fonctionnaires du gouvernement des États-Unis, de Donald Trump, et du gouvernement bolivarien que je préside, avec mon autorisation expresse.

Nicolas Maduro, dans une déclaration à la radio et à la télévision

Lundi, le chef du commandement Sud des États-Unis, l'amiral Craig Faller, a assuré que la marine américaine était prête « à faire le nécessaire » au Venezuela, après que Donald Trump eut indiqué être disposé à envisager un embargo total du pays.

Washington a imposé en avril un embargo pétrolier au Venezuela pour accentuer la pression sur M. Maduro et le contraindre à quitter le pouvoir. Puis, au début d'août, le président Trump a ordonné le gel de tous les biens du gouvernement du Venezuela aux États-Unis et interdit les transactions avec le pouvoir socialiste.

En réaction à ces nouvelles sanctions, M. Maduro avait suspendu le 7 août le dialogue entamé depuis la mi-mai entre ses représentants et une délégation de l'opposition, sous l'égide de la Norvège.

Amériques

International