•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sortie en librairie du nouveau roman de Jean Boisjoli

Un titre de roman suivi du nom de l'auteur

À travers les personnages, l’écrivain aborde les problèmes liés aux blessures de l’enfance.

Photo : Prise du compte facebook de Jean Boisjoli

Radio-Canada

L’auteur manitobain Jean Boisjoli qui vit à Ottawa propose à ses lecteurs un deuxième roman intitulé Moi, Sam, Elle, Janis, dans lequel il se fait l’écho d’une jeunesse écorchée qui se sent perdue par une société à la dérive.

L'œuvre parue aux Éditions David mardi raconte une histoire de violence à travers les confidences du personnage principal Sam à son psychiatre.

C’est une histoire rock and roll

Jean Boisjoli

Selon l'auteur, Sam et Janis qui viennent respectivement d’Ottawa et du Manitoba ont tous deux été marqués par les blessures de l’enfance.

« Sam a été élevé par un père alcoolique et violent dans des quartiers défavorisés d’Ottawa [...] et Janis a connu aussi une jeunesse difficile. Les deux se rencontrent à Ottawa et vivent une relation toxique », raconte-t-il.

Janis est retrouvée morte dans un bois proche d’Ottawa et Sam, qui partageait un appartement avec elle, se voit accusé du meurtre. Son avocate plaide l’aliénation mentale et il doit se confier au psychiatre assigné par le tribunal.

À travers ces personnages, l’écrivain aborde les problèmes liés aux blessures de l’enfance. Il explique que pour écrire le roman il a dû travailler avec plusieurs spécialités.

« Je devais entrer dans la peau d’un enfant de la rue, dit-il. Ça n’a pas toujours été facile. J’ai consulté des policiers, deux psychologues et un psychiatre. »

Jean Boisjoli a déjà publié trois recueils de poésie et un premier roman, La mesure du temps, qui lui a mérité le prestigieux Prix littéraire Trillium.

Manitoba

Livres